•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Rams de Regina réprimandés pour des commentaires sexistes et racistes

La rectrice de l'Université de Regina, Vianne Timmons, répond à des questions de journalistes.

La rectrice de l'Université de Regina, Vianne Timmons, a préféré la sensibilisation à la punition. (archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'équipe de football de l'Université de Regina a été réprimandée à la suite de commentaires sexistes et racistes à l'endroit de joueuses de soccer de l'Université de la Saskatchewan, selon des informations obtenues par CBC.

L’Université a mené une enquête confirmant que des commentaires avaient été lancés dans les estrades lors d’un match entre les Huskies de l’Université de la Saskatchewan et les Cougars de l’Université de Regina, le 7 octobre 2016.

Bien que cette enquête n’ait pas permis de découvrir les joueurs des Rams qui ont fait les commentaires, la rectrice, Vianne Timmons, a jugé qu’une intervention était nécessaire.

« Je voulais me concentrer sur la culture qui permet des commentaires comme ceux-là », affirme-t-elle.

Sensibiliser plutôt que punir

Plutôt que d’annuler la saison de football, Mme Timmons a obligé l’équipe à suivre un cours en ligne de 90 minutes sur le respect ainsi qu'à participer à un programme de prévention des agressions et de la violence sexuelle.

J’ai pensé que c’était important de sensibiliser [les joueurs] plutôt que de punir.

Une citation de : Vianne Timmons, rectrice de l'Université de Regina

L’Université estime que cette intervention cadre avec son principe de « discipline progressive », selon laquelle la suspension d’une personne pour une première infraction similaire à celle commise par les joueurs des Rams serait improbable.

L’équipe a cependant été placée en probation pour le reste de la saison. À la question de savoir si l’intervention était suffisamment sévère, Mme Timmons répond qu’elle a satisfait les joueuses des Huskies et leurs parents. « Ils ne s’attendaient pas à ce que je fasse quelque chose de spectaculaire. »

Elle ajoute que les Rams ont bien répondu à l’intervention et ont pris la situation au sérieux.

Un problème de culture

Dans une lettre adressée à l’entraîneur des Rams, Vianne Timmons se montre préoccupée par la culture de tolérance des propos offensants dans le campus. « Cette culture est inacceptable et doit être éliminée », peut-on y lire.

Elle indique que les recteurs des universités de l’Ouest étudieront la question et feront des recommandations qui seront mises en oeuvre par l’Université de Regina.

Toutes les équipes sportives devront également suivre les programmes éducatifs suivis par les Rams.

Dans un courriel, l’Université de Regina indique que 10 enquêtes portant sur des cas de discrimination ou de harcèlement ont eu lieu au cours des trois dernières années.

Intervention bien reçue

Des membres de la communauté universitaire se montrent satisfaits de l'intervention de la rectrice.

La professeure à la Faculté de kinésiologie et responsable des stratégies de prévention de la violence sexuelle à l'Université de Regina Roz Kelsey estime que l'éducation donne de meilleurs résultats que la punition, et correspond au mandat de l'université.

Les gens ont besoin d'endroits où ils peuvent parler de situations comme celles-ci et où ils peuvent trouver des ressources.

Une citation de : Roz Kelsey, professeure à la Faculté de kinésiologie de l'Université de Regina

Le président de l'Assocation étudiante de l'Université de Regina (URSU), Jermaine Mckenzie, appuie lui aussi l'approche éducative adoptée par Vianne Timmons dans le dossier, qui permet, selon lui, un dialogue autour du racisme et la violence sexuelle.

Il compte lui-même poursuivre ce dialogue en invitant des conférenciers à aborder ces questions avec les étudiants.

Avec les informations de Geoff Leo de l'équipe iTeam de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !