•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le conflit du bois d’oeuvre inquiète l’industrie du camionnage

Les camionneurs du Bas-Saint-Laurent s'inquiètent des répercussions du conflit du bois d'oeuvre sur leur industrie.

Les camionneurs du Bas-Saint-Laurent s'inquiètent des répercussions du conflit du bois d'oeuvre sur leur industrie.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le conflit du bois d'oeuvre suscite des craintes dans l'industrie du camionnage au Bas-Saint-Laurent. Les camionneurs disent avoir moins de contrats pour le transport de bois d'oeuvre vers les États-Unis depuis l'imposition de droits compensateurs.

Le conflit du bois d'oeuvre est déjà visible sur nos routes. Les camions chargés de bois en direction des États-Unis sont de plus en plus rares.

Moi ça m'inquiète un petit peu, parce que s'il manque de voyage, ma job est en jeu.

Michel Rousseau, camionneur

À Sainte-Luce, 60 % des clients de Transport Fidèle Tremblay de Luceville exportent du bois d'oeuvre. Malgré la crise, la flotte de 40 camions de l'entreprise est sur la route puisque l’entreprise a prévu le coup.

Lors de la dernière crise du bois d'oeuvre, le transporteur a développé de nouveaux marchés.

Malgré tout, cette crise aura des répercussions financières sur l’entreprise, même si son carnet de commandes est rempli.

Ça nous amène à sortir en dehors de la région pour aller chercher du travail pour du transport, ce qu'on n'a pas à se casser la tête quand on est ici en région. On est proche de notre ouvrage.

Karl Tremblay, propriétaire, Transport Fidèle Tremblay

Le soutien du gouvernement du Québec, annoncé en début de semaine à l'industrie forestière, rassure l'Association du camionnage du Québec, qui prévoit tout de même un ralentissement.

Je serais évidemment obligé de vous dire qu'il a une profonde inquiétude au sein de l'industrie du transport de marchandises. Lorsqu'on parle d'imposer des taxes à l'entrée à l'exportation, il est certain qu'il aura un ralentissement.

Marc Cadieux, président-directeur général de l’Association du camionnage du Québec

Il est encore trop tôt pour connaître l'ampleur de la crise et ses conséquences sur l'industrie du camionnage. Contrairement à la dernière crise du bois d'oeuvre, l'économie américaine se porte bien et il y a une demande pour le bois canadien au sud de la frontière.

D’après les informations d’Isabelle Damphousse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !