•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attaque à la machette : une vie volée par « un fou »

Kathy Bolduc

En 2015, Kathy Bolduc a subi une agression à la machette alors qu'elle dormait sur le divan d'une amie.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Défigurée à la suite d'une sauvage attaque à la machette, une femme de Québec vit difficilement avec le regard des autres.

Un texte Yannick Bergeron

« Quand je vois le monde me regarder comme un monstre, c'est quelque chose », a témoigné Kathy Bolduc devant le juge qui doit déterminer la peine de son agresseur.

Le 28 octobre 2015, c'est Yannick Fortin qui s'est transformé en monstre.

Kathy Bolduc était restée dormir chez une amie, dans le quartier Limoilou. Le frère de cette dernière, Yannick Fortin, s'est alors emparé d'une machette d'une trentaine de centimètres.

En pleine psychose toxique déclenchée par sa consommation de drogue, Yannick Fortin s'en est pris à Kathy Bolduc, qui dormait sur le divan.

La victime sera hospitalisée pendant 4 jours pour refermer des plaies de 70 cm sur sa tête et son visage.

Une photo de l'arme utilisée par Yannick Fortin pour agresser Kathy Bolduc.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une photo de l'arme utilisée par Yannick Fortin pour agresser Kathy Bolduc.

Photo : Radio-Canada

Il faudra une plaque de métal et six vis pour refaire son nez. Une longue cicatrice traverse maintenant son visage entre sa bouche et son oreille droite.

Un an et demi après l'agression, elle doit encore subir des opérations chirurgicales et souffre toujours. Elle avale 17 pilules par jour pour soigner ses blessures autant physiques que psychologiques.

Elle n'arrive plus à dormir, se réveillant au moindre bruit. « Je vais toujours voir si la porte ou les fenêtres sont bien fermées », raconte la femme de 28 ans.

J'ai peur de revoir un fou comme ça.

Une citation de : Kathy Bolduc

De lourdes séquelles

Après l'agression, elle est retournée vivre chez ses parents, mais elle avait même peur d'eux, Yannick Fortin étant aussi « quelqu'un que j'aimais beaucoup », raconte la victime en sanglotant, alors qu'à quelques mètres d'elle, au banc des accusés, l'agresseur ferme les yeux.

Se décrivant comme une femme débordante d'énergie avant l'agression, Kathy Bolduc a maintenant de la difficulté à accomplir de simples tâches ménagères.

Elle apprivoise la vie avec les séquelles du traumatisme crânien qu'elle a subi et qui lui occasionne des problèmes de concentration et de mémoire.

« La seule chose que j'aimais sur moi a été détruite à tout jamais, c'est mon visage », a exprimé avec émotion madame Bolduc.

Enfance difficile

D'abord accusé de tentative de meurtre, Fortin a plaidé coupable en janvier à une accusation réduite de voies de fait mettant la vie en danger.

Pour ce geste « totalement gratuit », l'avocat de la poursuite réclame entre cinq ans et demi et sept ans et demi de prison.

C'est une attaque sauvage comme on en voit peu.

Une citation de : Me Thomas Jacques, avocat de la Couronne

De son côté, l'avocat de la défense estime qu'une peine de trois ans et demi serait suffisante pour le jeune homme qui en est à ses premiers démêlés avec la justice.

Me Simon Roy fait valoir que l'agresseur a eu une enfance difficile, « même si ça n'excuse en rien les gestes posés ».

Yannick FortinAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Yannick Fortin

Photo : Radio-Canada

Yannick Fortin a été victime de sévices physiques et sexuels en plus d'avoir un parcours scolaire difficile en raison d'une légère déficience intellectuelle.

« Si monsieur Fortin possédait une baguette magique, il voudrait effacer la journée du 28 octobre 2015. C'est la pire journée de sa vie », a illustré Me Roy.

L'avocat fait valoir que le jeune homme éprouve des remords sincères pour la victime.

Yannick Fortin a par contre répondu par la négative à la fin de l'audience lorsque le juge lui a demandé s'il souhaitait s'exprimer, ce qui a déçu la victime.

Le juge Jean Asselin a pris la cause en délibéré. Il prononcera la peine de Yannick Fortin le 31 août.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.