•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vague de mauvaises notes sur Internet pour un film sur le génocide arménien

Oscar Isaac et Charlotte Le Bon dans « The Promise »

Oscar Isaac et Charlotte Le Bon dans « The Promise »

Photo : Les Films Séville

Radio-Canada

The Promise, un nouveau film sur le génocide arménien remet ce conflit à l'avant-scène. Son sujet, plutôt que ses qualités artistiques, lui vaut toutefois une vague de mauvaises notes sur les plateformes numériques.

Peu après la première mondiale du film The Promise au Festival international du film de Toronto (TIFF), le long métrage avait déjà reçu une vague anormalement élevée de notes d’une seule étoile sur le site Internet Movie Database (IMDb), même s’il n’était projeté en salle que depuis vendredi dernier.

Le film de Terry George met en vedette Oscar Isaac, Christian Bale et Charlotte Le Bon. Il raconte l’histoire du génocide de 1915, rejeté et contesté par le gouvernement turc.

 

À l’heure actuelle, 142 432 internautes ont évalué The Promise sur IMDb, et le film affiche une note moyenne de 5,9 sur 10.

Des votes automatisés?

Terry George, le réalisateur du film, pense que cet afflux de notes médiocres a été orchestré par ceux qui ne sont pas d’accord avec l’utilisation du terme « génocide » ou par d’autres qui nient cette page de l'histoire.

Terry George croit qu’un « robot ou une série de robots a donné ces notes ». Lors de la projection du film au TIFF en septembre 2016, il avait prédit que la réaction de la communauté turque « ne serait pas bonne ».

Terry George au TIFF en 2016Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Terry George au TIFF en 2016

Photo : La Presse canadienne / Michelle Siu

Au moins un million d'Arméniens ont été massacrés en Turquie lors de la Première Guerre mondiale. La communauté arménienne n’a pas tardé à réagir, en exhortant le public à aller voir The Promise.

Même situation pour Atom Egoyan

Cette controverse autour du film The Promise n'a rien d'étranger pour le cinéaste canadien d'origine arménienne Atom Egoyan. En 2002, son film Ararat traitait également du génocide arménien.

Il affirme que la « campagne pour vilipender » The Promise a eu des retombées sur la fiche d’Ararat sur le site IMDb. Le film de 2002 a reçu une vague de notes d’une seule étoile et une autre de dix étoiles récemment. Il affiche actuellement une note globale de 6,6 sur 10.

« Il faut juste se rendre compte que la bonne chose à propos des films est qu’ils ont une longue vie. Vous espérez que, à un certain point, la poussière retombe et que les gens aillent réellement voir le film », estime Atom Egoyan.

Atom EgoyanAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Atom Egoyan

Photo : AP Photo / Andrew Medichini

Jusqu’à présent, The Promise n'a pas connu un succès commercial, avec des recettes s’élevant à 4,1 millions de dollars en Amérique du Nord pour son premier week-end.

Le film a coûté 90 millions de dollars et a été financé par le milliardaire arménien Kirk Kerkorian, qui est décédé en 2015. Tous les profits du film seront versés à des organismes à but non lucratif.

The Promise est paru en salle peu après The Ottoman Lieutenant. Cette dernière production, largement financée par la Turquie, met en vedette Ben Kingsley et passe sous silence le génocide arménien.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Cinéma

Arts