•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'équipe Trump propose « l'une des plus grandes baisses d'impôts de l'histoire américaine »

Le directeur du National Economic Council des États-Unis, Gary Cohn, (à gauche) et le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin

Photo : Reuters / Kevin Lamarque

Radio-Canada

L'administration Trump a proposé mercredi une réforme de l'impôt qu'elle qualifie de plus grande réforme fiscale depuis Ronald Reagan et de « l'une des plus grandes baisses d'impôts de l'histoire américaine », dans le but de stimuler la croissance économique.

La réforme propose notamment :

  • une baisse du taux d'imposition des sociétés, de 35% à 15%
  • une réduction du nombre de tranches de l'impôt sur le revenu des particuliers de sept à trois
  • la suppression de presque toutes les possibilités de déductions fiscales, dans le but d'une simplification extrême, afin que les ménages puissent faire leur déclaration sur une seule page

Selon le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, son équipe veut ainsi « rendre l'impôt des sociétés plus compétitif, rapatrier des milliers de milliards de dollars afin de créer des emplois, simplifier l'impôt sur le revenu et réduire les impôts ».

M. Mnuchin pense que le plan Trump « s'autofinancera », en créant de la croissance, qui en retour créera plus d’emplois et donc plus de contribuables, ce qui générera suffisamment de nouvelles recettes fiscales pour compenser le manque à gagner de la baisse d'impôt.

L’administration Trump espère faire adopter la réforme en 2017 par le Congrès. Toutefois, rien n’est gagné, malgré la majorité républicaine à la Chambre des représentants et au Sénat. Cette dernière n’est pas forcément sur la même longueur d'ondes que l'exécutif, notamment au sujet de la rigueur budgétaire. Beaucoup d'élus veulent éviter une explosion des déficits et se méfient d'une baisse générale des impôts non compensée.

De son côté, l'opposition démocrate n'est pas opposée à une réforme, mais exige une contrepartie financière pour les ménages. « Si c'est une énorme réduction d'impôt pour les très riches, ça ne passera pas chez les démocrates », a prévenu Chuck Schumer, chef de file démocrate du Sénat.

À 35 %, le taux d’imposition actuel des sociétés est considéré comme l'un des plus élevés des pays de l'OCDE. Le taux effectif est cependant souvent inférieur en raison des différentes exemptions et déductions.

Cela ne va pas être une nouvelle niche qui laissera les gens riches payer 15 % d'impôts alors qu'ils devraient en payer plus. Cela va être pour les petites entreprises qui font marcher l'économie et elles en auront tous les bénéfices.

Steve Mnuchin

L’administration Trump soutient que la baisse du taux d’imposition des sociétés permettra de relancer la croissance et que les revenus ainsi engrangés compenseront le manque à gagner pour le budget fédéral.

Des économistes préviennent cependant que chaque réduction d'un point de pourcentage de l'impôt des entreprises réduira les revenus du Trésor américain de 1000 milliards de dollars sur 10 ans, et que la croissance devrait se maintenir à un taux très élevé de 5 % pour que cela fonctionne.

Le taux de croissance de l'économie américaine a été de 2 % en moyenne au cours de la dernière décennie.

Avec les informations de Agence France-Presse, New York Times, Washington Post, et USA Today

International