•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Google tente de contrer les fausses nouvelles et les suggestions offensantes

Le siège social de Google à Mountain View, Californie

Le siège social de Google à Mountain View, Californie

Photo : AP / AP/Marcio Jose Sanchez

Associated Press
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Google a ajouté quelques ingrédients à son moteur de recherche dans un effort pour contrer les informations bidon et les suggestions de recherche pouvant être offensantes.

Les changements sont en route depuis quatre mois, mais Google n'avait pas encore discuté en détail de la plupart de ces outils. L'annonce faite sur un blogue, mardi, reflète la confiance du géant d'Internet envers un nouveau système de surveillance voué à réduire les risques que son moteur de recherche mettra à l'avant-plan des fausses nouvelles sur des personnes et des événements.

Le vice-président Ben Gomes a affirmé que le risque ne pouvait pas être à zéro, mais que Google estimait pouvoir avoir désormais une longueur d'avance.

Google a commencé à revoir ses algorithmes soigneusement dissimulés qui génèrent les résultats de recherche avec l'aide de 10 000 personnes évaluant la qualité et la fiabilité des suggestions. L'entreprise américaine a aussi réécrit son livre de 140 pages de lignes directrices qui aide les évaluateurs de la qualité à livrer leurs conclusions.

En plus de prendre des mesures pour bloquer les fausses nouvelles dans ses résultats de recherche, Google a aussi modifié une application populaire qui essaie automatiquement de prédire ce qu'une personne recherche au moment même où elle entre les premières lettres sur son clavier.

L'outil a été revu pour écarter les suggestions désobligeantes, telles que : « Are women evil? » (« Les femmes sont-elles maléfiques? » en anglais) ou des recommandations incitant à la violence.

Le réseau Facebook, sur lequel de fausses nouvelles et d'autres canulars ont largement circulé, tente aussi de contrer l'afflux d'informations trompeuses en travaillant avec l’agence Associated Press et d'autres organisations médiatiques pour vérifier des nouvelles suspectes et rétablir les faits lorsque cela est nécessaire.

Facebook a également offert à ses usagers – au nombre de près de 2 milliards – des occasions de signaler les publications qu'ils estiment contenir des informations fausses, une avenue désormais offerte par Google à l'égard de certains extraits de nouvelles se retrouvant dans ses résultats de recherche.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !