•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Droits compensatoires : une volée de bois vert en Ontario

Des employés d'une usine de bois d'oeuvre

Des employés d'une usine de bois d'oeuvre

Photo : ICI Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'imposition de droits compensatoires aux exportateurs canadiens de bois d'oeuvre par les États-Unis est unanimement dénoncée en Ontario.

Retour sur la journée en cinq déclarations.

Le maire de Greenstone, dans le Nord-Ouest de l'Ontario, demeure optimiste malgré l'annonce de l'imposition de droits compensatoires par les États-Unis.

Cette crise met beaucoup de pression sur les compagnies forestières, mais on a passé à travers ça plusieurs fois et on a gagné nos batailles.

Une citation de : Rénald Beaulieu, maire de Greenstone

Mais Carl Grenier l'ancien vice-président du Conseil du libre-échange sur le bois d'oeuvre prévient que l'industrie forestière ontarienne traversera des difficultés.

Les petites et moyennes compagnies, surtout [celles] dans le centre du Canada qui n'ont pas accès à des marchés étrangers autres que les États-Unis, vont souffrir il n'y a aucun doute.

Une citation de : Carl Grenier, chargé de cours à l'Université Laval

L'imposition des droits compensateurs américains risque de toucher de façon importante les employés du secteur forestiers, prévient une association de producteurs forestiers ontariens.

Cela va nuire aux familles ontariennes. Nous devrons laisser de l'argent durement gagné au Canada à la frontière américaine et cet argent affame nos scieries et nos travailleurs.

Une citation de : Jamie Lim, présidente de l'Ontario Forest Industries Association

De nombreux intervenants estiment que l'aide des gouvernements sera essentielle pour assurer le maintien d'emplois dans le secteur forestier.

Les gouvernements fédéraux et provinciaux doivent apporter leur aide, parce que c'est un non-sens : nous gagnons ces contestations depuis des années et les États-Unis continuent à imposer ces tarifs.

Une citation de : Guy Bourgouin, président de la section 1-2010 du Syndicat des Métallos

Quant au maire de Hearst, Roger Sigouin, il est inquiet, car il se rappelle des conséquences de la dernière guerre commerciale avec les États-Unis et de la crise du bois d'oeuvre entre 2006 et 2009.

Il y a des gens, des particuliers, qui avaient du gros équipement dans le bois. Et ils ont tout simplement tout perdu. On parle d'un demi-million de dollars, d'un quart de million de dollars d'équipement. Ils avaient même épuisé l'argent qu'ils avaient mis de côté pour leur retraite.

Une citation de : Roger Sigouin, maire de Hearst

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !