•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mobilisation mondiale pour défendre la science

Photo: Getty Images / FRANCOIS GUILLOT/AFP
Radio-Canada

Des centaines de milliers de personnes à travers le monde ont participé samedi à la Marche pour la science, qui vise à promouvoir et défendre la recherche scientifique. La marche coïncidait avec le Jour de la Terre.

« Les scientifiques réalisent depuis ces dernières années que les faits scientifiques sont trop souvent ignorés dans les débats publics et sont remplacés par des opinions et des croyances idéologiques », a expliqué Rush Holt, président de l'Association américaine pour l'avancement de la science.

Selon M. Holt, ce phénomène s'est aggravé récemment, notamment aux États-Unis, avec l’élection de Donald Trump, qui a lui-même dit pendant la campagne électorale que le changement climatique était « un canular ». Il a par ailleurs signé des décrets pour démanteler les lois liées à la protection de l'environnement et a nommé à la tête de l'Agence de protection de l'environnement (EPA) le climatosceptique Scott Pruitt.

Le premier projet de budget proposé par l’équipe Trump contient en outre une baisse de 31 % des fonds alloués à l'EPA et des coupes dans l'enveloppe de recherche des Instituts nationaux de la santé.

Un homme porte un parapluie où l'on peut lire : CLIMATE SCIENCE, TRUMP$ the EX-PENCE$Marche pour la science à Sydney, en Australie Photo : Reuters / David Gray

Malgré tout, les organisateurs de la marche, soutenue par plus de 220 organisations scientifiques et instituts de recherche dans le monde, insistent pour dire que l'événement n'est pas motivé par des considérations politiques.

Nous ne pouvons pas simplement nous croiser les bras et supposer que tout le monde comprend à quel point la science est cruciale pour l'économie, la sécurité nationale, l'environnement, la santé humaine et bien d'autres choses.

Eric Davidson, président de l'American Geophysical Union
Entrevue avec Robert Lamontagne

De l'Océanie à l'Amérique

À Washington, un rassemblement a eu lieu sur l'artère du National Mall, tout près de la Maison-Blanche. Après l'intervention à la tribune de près de 60 personnes, dont Nancy Roman, responsable des programmes d'astronomie de la NASA, les manifestants ont marché vers le Capitole, siège du Congrès.

J'espère que cette marche va amorcer un changement aux États-Unis, où la science et l'éducation ont été dévaluées ces dernières années.

Kara Lukin, professeure d'immunologie à la Western Governors University
Manifestation à Stockholm Photo : Reuters / TT News Agency/Marc Femenia

Plus de 500 autres manifestations devaient se dérouler à travers le monde.

En Europe, les partisans de la science ont notamment défilé à Genève, Londres, Berlin, Paris et Stockholm.

Des événements ont aussi été organisés en Australie, en Nouvelle-Zélande, au Ghana, en Inde, au Chili et au Brésil.

Tous unis pour la science

Au Canada, des marches étaient prévues dans 18 villes, dont Montréal, Toronto et Ottawa. À Montréal, ils étaient des centaines de manifestants.

Une carte interactive sur le site de March for Science permet de localiser l'ensemble des villes (Nouvelle fenêtre) où ont lieu des marches.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Associated Press

Recherche

International