•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Caribous au zoo : un biologiste de l’UQAR y voit un échec

Un caribou forestier

Un caribou forestier

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La décision de Québec de déménager le troupeau de caribous de Val-D'Or au zoo de Saint-Félicien déçoit le spécialiste du caribou de l'UQAR, Martin-Hugues St-Laurent. Il craint qu'on ait créé un précédent et soulève la possibilité de voir la manœuvre se reproduire en Gaspésie ou ailleurs.

Le ministre québécois des Forêts, de la Faune et des Parcs, Luc Blanchette, a annoncé qu'une quinzaine de bêtes seront retirées de leur milieu naturel pour être transférées au Lac-Saint-Jean, dans le but d’assurer leur survie.

Selon le professeur St-Laurent, cette décision fait fi des faits scientifiques et consacre la priorité des intérêts économiques, sur ceux de la faune.

Dans le cas de Val-d’Or, on retire le caribou du territoire en laissant entendre que c’est dans le but de le sauver, mais en fait, on enlève une des contraintes majeures au développement minier et forestier dans la région.

Martin-Hugues St-Laurent, spécialiste du caribou de l'UQAR
Luc Blanchette, ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, annonce qu'un troupeau de caribous de Val-d'Or sera déménagé au Zoo de Saint-Félicien

Luc Blanchette, ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, annonce qu'un troupeau de caribous de Val-d'Or sera déménagé au Zoo de Saint-Félicien

Photo : Radio-Canada / Sandra Ataman

« C’est un immense constat d’échec des politiques de protection des espèces menacées, tant en regard de la Loi québécoise sur les espèces menacées ou vulnérables que pour la Loi fédérale sur les espèces en péril », soulève-t-il.

On se doit de protéger l’habitat essentiel de ces espèces-là et aujourd’hui, on les déplace en disant qu’elles n’ont plus aucune chance de survivre là où elles sont. Essentiellement, on vient de passer 20, 30, 40 ans à écrémer l’habitat autour en ne respectant pas l’habitat essentiel de cette espèce-là. »

Le professeur, qui précise qu'il parle en son nom et qu'il n'est pas le seul spécialiste du caribou, estime que le gouvernement parle des deux côtés de la bouche. « Des élus se targuent de sauver le caribou après avoir entériné l’écrémage de toutes les ressources naturelles qui sont importantes dans cet habitat-là », explique-t-il.

M. St-Laurent estime que certaines analyses qui auraient pu être faites ne l’ont pas été et que certaines informations n’ont pas été considérées.

Selon lui, il aurait fallu mettre des freins depuis plusieurs années aux perturbations de l’habitat de Val-d’Or.

On a ignoré pendant très longtemps la réalité. On a fait comme de rien n’était et aujourd’hui, on se rend compte que l’habitat a été très fortement dégradé.

Martin-Hugues St-Laurent, spécialiste du caribou de l'UQAR
Un caribou dans le Parc de la Gaspésie

Un caribou dans le Parc de la Gaspésie

Photo : Courtoise : SEPAQ

Un avertissement?

Le professeur craint qu’une brèche ait été ouverte pour d’autres populations ailleurs au Québec.

Ce sera quoi la prochaine fois, les caribous de la Gaspésie? La faune est un joueur minoritaire pour le gouvernement du Québec.

Martin-Hugues St-Laurent, spécialiste du caribou de l'UQAR

Le spécialiste dit espérer que la population réagisse parce que, dit-il, « je pense qu’on est en train de s’en faire passer une petite vite ».

Est du Québec

Biologie