•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Près de 200 personnes visitent le même appartement à Vancouver

Une longue file d'attente.

La présidente de la coopérative d'habitation Heritage Housing, Erin Gilchrist, s'inquiète du manque de logements abordables à Vancouver.

Photo : Radio-Canada / Angela Sterritt

Radio-Canada

Environ 200 personnes ont fait la file afin d'assister à une rencontre d'orientation avant de visiter un appartement de deux pièces dans une coopérative d'habitation à Vancouver, mercredi soir. Les représentants de la coopérative d'habitation avancent qu'ils n'ont pas fait de présélection, ce qui est à l'origine de la longue file d'attente.

La présidente de la coopérative Heritage Housing, à l’angle de la 8e Avenue Ouest et de la rue Heather, Erin Gilchrist, croit que cet engouement pour l’appartement est aussi un signe du manque de logements abordables.

« Il y a une terrible pénurie de logements ici », pense-t-elle.

Les coopératives d’habitation sont des structures de logement sans but lucratif où les membres achètent des parts et sont ensuite considérés comme propriétaires, bien qu’ils ne possèdent pas leur logement. Si un membre déménage, son logement retourne à la coopérative. Ce modèle a l’avantage d’aider à réduire les frais totaux liés à la location.

Le coût d’un logement de 84 mètres carrés à la coopérative Heritage Housing est de 1220 $ par mois, mais peut varier en fonction du salaire de la famille qui l’occupe.

Selon Erin Gilchrist, une présélection aurait dû être faite, mais une erreur s’est glissée dans le processus.

« Je crois que tous ceux qui ont soumis une demande ont reçu une invitation pour visiter l’appartement », soutient-elle. « Généralement, nous avons une liste de 50 à 60 personnes, selon la taille de l’appartement à louer ». Si les candidats n’ont pas assisté à la rencontre d’orientation, ils ne peuvent se qualifier pour une entrevue qui est requise afin d’obtenir une place au sein de la coopérative.

Quoi qu’il en soit, Erin Gilchrist croit qu’il y a un besoin criant de logements abordables en ville. Elle ajoute que sa coopérative a une longue liste d’attente et qu’en 15 ans un logement n’a jamais été laissé vacant.

Des temps d’attente qui vont jusqu’à trois ans

Le directeur général de la fédération des coopératives d’habitation de la Colombie-Britannique, Thom Armstrong, soutient que plusieurs coopératives de Vancouver sont tellement populaires qu’elles ont dû éliminer leur liste d’attente.

« Des coopératives nous ont dit avoir des listes d’attente de un, deux et même trois ans », explique Thom Armstrong. « La plupart d’entre elles décident d’abolir ces listes, car elles trouvent injuste de faire attendre les gens aussi longtemps. »

Lors des visites d’appartement auxquelles il a assisté, il estime que, en moyenne, 40 personnes y étaient conviées.

Colombie-Britannique et Yukon

Immobilier