•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Roughriders qui libèrent Justin Cox : une bonne décision selon des experts

Justin Cox intercepte une passe face aux Eskimos.

Justin Cox intercepte une passe face aux Eskimos.

Photo : La Presse canadienne

Radio-Canada

Les Roughriders de la Saskatchewan ont pris la bonne décision en libérant mercredi le demi défensif Justin Cox selon l'analyste football Dominic Blais et la militante anti-violence Tracy Porteous. Des accusations de voies de fait causant des lésions corporelles ont été déposées contre le joueur après des allégations de violence conjugale envers une femme de 23 ans.

Un texte de Simon Roberge

Tracy Porteous a joué un rôle important dans l’implantation de la politique contre la violence faite aux femmes de la Ligue canadienne de football en août 2015. Elle estime que les Roughriders et le circuit ont fait leur devoir en libérant Justin Cox.

C’est également une question d’image pour les Roughriders et la ligue selon l’analyste Dominic Blais.

« Ils n’ont pas le choix de se débarrasser d'un joueur comme ça, explique-t-il. Premièrement parce qu'il va devenir une distraction dans le vestiaire et autour de l'équipe. Ce n'est pas les valeurs que les Riders veulent véhiculer non plus. Il faut se rappeler que les Riders ont un gros penchant communautaire. »

Justin Jemar Cox s'est défendu mercredi sur Twitter en affirmant qu'« il n'avait battu personne ».

Un risque pour les équipes

Le journaliste Dave Naylor de la station TSN croit que la politique contre la violence faite aux femmes est prise au sérieux par les équipes du circuit. La plupart des formations prennent toutefois des risques avec certaines personnes, selon lui.

« Plusieurs équipes pensent que c’est moralement acceptable de donner une deuxième chance à un joueur avec un passé trouble, souligne-t-il. Elles peuvent même se dire que ce n’est pas correct de priver quelqu’un de 24 ou 25 ans de son gagne-pain pour des erreurs commises plusieurs années auparavant. »

« J’imagine que les Riders seront plus prudents à l’avenir », dit M. Naylor au sujet de l'embauche de Justin Jemar Cox, qui avait auparavant été libéré par les Chiefs de Kansas City en 2015 après avoir été arrêté et accusé de violence conjugale à deux reprises en moins d'un an.

Les autorités judiciaires du Mississippi ont confirmé que la date de son procès n’a toujours pas été déterminée dans ces causes.

Saskatchewan

Football