•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le besoin d'une nouvelle école francophone à Moncton est urgent

Quelques élèves marchent en rang

Dans l'état actuel des choses, il n'y aura plus de place pour de nouveaux élèves dans les écoles francophones de Moncton dès 2020.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les intervenants qui réclament la construction d'une autre école francophone à Moncton, au Nouveau-Brunswick, estiment qu'il n'y aura plus de place pour de nouveaux élèves dans les établissements actuels dès 2020.

La situation pourrait empirer. Le District scolaire francophone Sud prévoit qu'il manquera un nombre important de classes dans la quasi-totalité des écoles francophones de Moncton d'ici 2024.

« On est le seul district scolaire depuis la dernière décennie qui est en constante augmentation. Cette année, on a reçu 350 élèves de plus dans notre région », souligne Monique Boudreau, directrice générale du District scolaire francophone Sud.

Tableau de donnéesAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le District scolaire francophone Sud prévoit manquer de classes dans presque toutes ses écoles à Moncton d'ici 2024.

Photo : Radio-Canada

Même les nouvelles écoles construites récemment se sont remplies plus rapidement que prévu, et elles ne suffisent plus à répondre aux besoins.

« On a quand même une grande population de parents ayant droit. Lorsqu'on construit une école dans le coin, ils choisissent l'école de langue française au lieu de celle de langue anglaise », indique Mme Boudreau.

C'est ce qui s'est passé à l'École Le Sommet, construite il y a à peine trois ans. Aujourd'hui, le manque d'espace est criant. « On a ajouté des classes mobiles cette année. On va en ajouter d'autres l'année prochaine. C'est ce qu'on devra faire chaque année jusqu'à ce qu'on ait notre nouvelle école », explique Monique Boudreau.

Le manque d’espace à l’école inquiète Sébastien Poirier, un parent.

« J'ai un enfant qui va à l'École Le Sommet présentement et on a déjà un problème d'espace. Puis là, ma fille va commencer à l'école l'année prochaine. Je sais que dans à peu près trois ans, on va ajouter une douzaine de roulottes, si la tendance se maintient. Donc, je suis très préoccupé par le manque d'espace », affirme M. Poirier.

Sébastien Poirier est l’instigateur d’un groupe de pression qui réclame une nouvelle école.

On aimerait voir une école rapidement parce que le problème va juste empirer et ça va créer une situation de frustration.

Sébastien Poirier, parent et instigateur d’un groupe qui réclame une nouvelle école

Le District scolaire francophone Sud croit aussi qu'une nouvelle école qui accueillerait des élèves de la maternelle à la huitième année et qui serait dans les environs du boulevard Wheeler à Moncton pourrait régler le problème.

« On va refaire les zones scolaires de l'École Champlain, de l'École le Sommet, de l'École Saint-Henri. Cette école pourrait accueillir des élèves de la maternelle à la huitième année. Les élèves qui fréquentent le Mascaret fréquenteraient cette nouvelle école. Le complexe l'Odyssée-Mascaret deviendrait l'École secondaire l'Odyssée », propose Monique Boudreau.

Un édifice temporaire voisin de l'école.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des classes mobiles ont déjà été ajoutée à l'École Le Sommet.

Photo : Radio-Canada

Le ministère de l'Éducation et du Développement de la petite enfance ne s'est toujours pas engagé dans la construction d'une nouvelle école francophone à Moncton. Une porte-parole affirme toutefois que l'option d’une nouvelle école de la maternelle à la huitième année sera étudiée lors du prochain budget.

D’après le reportage de Karine Godin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !