•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lait diafiltré : « On n'a pas de leçon à recevoir des Américains »

Radio-Canada

Le Canada n'a pas de leçon à recevoir des Américains en matière d'ouverture de marché, affirme le président des producteurs laitiers du Québec, Bruno Letendre.

Un texte de Julie Tremblay

M. Letendre réagissait ainsi à la déclaration de Donald Trump qui a affirmé, mardi, qu'il souhaite renégocier les accords commerciaux avec le Canada qu'il considère injustes envers les producteurs américains.

Bruno Letendre a défendu une fois de plus la gestion de l'offre et considère que Trump est mal placé pour parler du protectionnisme du Canada alors qu'il s'apprête à signer un décret intitulé Buy American and Hire American (« Acheter américain, embaucher américain ») :

On importe de 8 à 10 % de notre consommation de partout dans le monde [...]. Les Américains, c'est moins de 2 %, donc on n'a pas de leçon à recevoir des Américains.

Bruno Letendre, président des producteurs laitiers du Québec
Le président des États-Unis, Donald Trump, a prononcé un discours au Wisconsin avant de signer le décret « Achetez américain et embauchez américain », le 18 avril 2017.Le président des États-Unis, Donald Trump, a prononcé un discours au Wisconsin avant de signer le décret « Acheter américain et embaucher américain », le 18 avril 2017. Photo : Reuters / Kevin Lamarque

Trump comprend-il le système canadien?

Le président du syndicat des producteurs de lait du Bas-Saint-Laurent, Gabriel Belzile, considère pour sa part que le président américain manque d'informations concernant le commerce du lait entre le Canada et les États-Unis.

Gabriel Belzile explique que le Canada n'a imposé aucune taxe sur le lait diafiltré américain, contrairement à ce qu'ont rapporté plusieurs médias.

Même si les producteurs de lait réclament depuis des mois des changements pour freiner l'entrée des protéines de lait américaines au Canada, le gouvernement Trudeau n'a apporté aucun changement à ses frontières. Ce sont plutôt les producteurs qui se sont entendus avec les transformateurs pour favoriser le lait canadien dans la fabrication des produits laitiers au pays.

« On a baissé le prix de cette protéine-là pour permettre de l'utiliser à l'intérieur des produits canadiens », explique Gabriel Belzile. Selon lui, c'est plutôt la surproduction qui nuit aux Américains :

Ils ont une politique qui fait en sorte qu'il n'y a aucune limite de quantité pour produire du lait.

Gabriel Belzile, président du syndicat des producteurs laitiers du Bas-Saint-Laurent

Les producteurs de lait demandent au gouvernement Trudeau de protéger la gestion de l'offre au Canada malgré les pressions du président Trump.

Ils considèrent que cette façon de faire est la seule viable pour assurer un revenu décent aux agriculteurs et éviter le gaspillage.

Selon plusieurs médias américains, plus de 43 millions de gallons de lait ont été jetés aux États-Unis en 2016 en raison de la surproduction.

Bas-Saint-Laurent

Agro-industrie