•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Conseil scolaire catholique d'Edmonton veut rendre les vaccins obligatoires

La membre du conseil d'administration du Conseil scolaire catholique d'Edmonton Marilyn Bergstra est en train de parler.
Une membre du conseil d'administration du Conseil scolaire catholique d'Edmonton, Marilyn Bergstra, a tenté de faire passer une motion pour soutenir la réforme du programme d'éducation sexuelle menée par le gouvernement albertain, mais cette motion a été rejetée. Photo: Radio-Canada / Min Dhariwal
Radio-Canada

Le Conseil scolaire catholique d'Edmonton demande à la province de rendre obligatoires les vaccins pour tous les élèves des écoles publiques en Alberta. Les membres du conseil ont également voté contre une réforme du programme d'éducation sexuelle, pourtant demandée par certains conseillers et élèves.

Les conseillers des écoles catholiques d'Edmonton ont voté à l'unanimité mardi pour demander à l'Association des conseils scolaires de l'Alberta de se joindre à leur cause afin de faire pression sur le gouvernement pour que celui-ci entreprenne un changement législatif.

La conseillère Marilyn Bergstra, qui a présenté cette motion, dit souhaiter que tous les élèves soient vaccinés contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la rougeole, les oreillons et la rubéole.

« Le taux de vaccination diminue dans les pays développés et nous constatons une augmentation des épidémies », a-t-elle indiqué.

Le conseiller Larry Kowalczyk a rappelé pour sa part que l'efficacité des vaccins a été prouvée dans le monde entier. « Grâce aux vaccins, la polio a pratiquement été éliminée. Pourtant, de nouveaux signes de poliomyélite ont été trouvés dans certains pays africains où la vaccination n'a pas pu avoir lieu », a-t-il souligné.

Selon lui, il est de la responsabilité des parents de faire vacciner leurs enfants. « Si votre enfant n'est pas vacciné, vous mettez le reste de la classe en danger », a-t-il insisté.

Le Conseil a convenu que des exemptions seraient accordées à certains élèves s'ils ont une note du médecin faisant état d'un état de santé qui pourrait être compromis par un vaccin, comme la dépression auto-immune.

L'éducation sexuelle « déjà présente » dans le programme scolaire

Marilyn Bersgtra en a aussi profité pour demander à ses collègues d'appuyer les réformes du programme provincial sur l'éducation sexuelle, afin de combler les « lacunes » persistant autour de la notion du consentement sexuel, de la contraception, des élèves LGBT ou présentant des handicaps physiques ou mentaux.

Cette motion a été rejetée.

Les conseillers Larry Kowalcyzk et Debbie Engel ont voté contre des changements, jugeant qu'un tel programme existait déjà au sein du Conseil scolaire catholique et qu'il était parfaitement inclusif et adapté et à toutes les communautés.

De son côté, Marilyn Bersgtra a fait savoir que certains élèves et professionnels de la santé ont dit le contraire.

« Il y a des lacunes. Je veux soutenir le gouvernement dans sa démarche afin qu'il soit assuré sur le fait que le Conseil catholique le suit dans une réforme globale de l'éducation sexuelle », a-t-elle conclu, regrettant de ne pas être appuyée par ses collègues.

En novembre dernier la province a adopté une loi visant à identifier les élèves non vaccinés dès septembre 2017.

Alberta

Éducation