•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’enfant mascara

Marie Villeneuve

Marie Villeneuve

Photo : Radio-Canada / Leméac

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Quel livre d'ici aimeriez-vous offrir à ceux qui nous dirigent?
Découvrez Les incontournables 2017.

Le choix de : Marie Villeneuve
Émission : Phare Ouest, ICI RADIO-CANADA PREMIÈRE Colombie-Britannique et Yukon, en semaine, de 6 h à 9 h
Titre : 
L’enfant mascara
Auteur : Simon Boulerice
Éditeur : Leméac, 2016

POURQUOI RECOMMANDEZ-VOUS CE LIVRE À CEUX QUI NOUS DIRIGENT?

Pour qu’ils comprennent mieux la différence, le rejet, le courage et l'ordinaire. C’est l’histoire réelle du jeune Larry Fobes King, assassiné par un collègue de classe à qui il avait demandé d'être son valentin. L'enfant mascara, c'est un mélange de beau et de laid, comme l'amour. Un roman qui se lit d'un coup, qui nous parle du courage de l'adolescence et de l'affirmation de sentiments plus grands que la raison.

Marie Villeneuve

RÉSUMÉ

L’enfant mascara est une histoire d’amour à sens unique, comme on en voit partout, dans toutes les écoles secondaires. À cette différence qu’elle se conclut de manière particulièrement tragique. Inspiré par des faits réels qui se sont déroulés dans la ville d’Oxnard, en Californie, Simon Boulerice transpose dans la fiction l’un des meurtres homophobes, voire transphobes, les plus violents à s’être produits aux États-Unis, tout en rendant hommage à Larry/Leticia, un être rempli de désir, d’éclat et d’arrogance, dont la vie n’aura été que fulgurance.

EXTRAIT

Je ne réponds rien. Je ne suis pas maquillée comme si c'était l'Halloween. Il n'y a rien de criard, sur moi. C'est un maquillage subtil et équilibré, mon affaire; Tracy m'a donné des cours. Un maquillage qui permet à Leticia d'émerger de moi. Leticia, depuis ce matin, prend toute la place. Larry est totalement effacé sous le vernis. Moi, mon vernis est plus honnête que ce qu'il y a en dessous.

 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !