•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La « mère de toutes les bombes » aurait fait 90 morts en Afghanistan

Les forces spéciales afghanes patrouillent le village de Pandola, situé près du site de l'explosion de la bombe américaine dans la province de Nangarhar, le 14 avril 2017.

Les forces spéciales afghanes patrouillent le village de Pandola, situé près du site de l'explosion de la bombe américaine dans la province de Nangarhar, le 14 avril 2017.

Photo : Reuters

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le bilan des victimes de la plus puissante arme conventionnelle de l'armée américaine s'est alourdi samedi et atteindrait maintenant 90 morts, indique un porte-parole du gouverneur de la province de Nangarhar, dans l'est de l'Afghanistan.

Le précédent bilan faisait état de 36 morts parmi les membres du groupe armé État islamique (EI).

C’est la première fois que l’armée américaine utilise cette puissante bombe non nucléaire de près de 11 tonnes (GBU-4/B3) dans le contexte d'une opération.

L’attaque a été lancée par le commandant des forces américaines en Afghanistan, qui n’avait pas besoin de l’autorisation du président pour larguer la bombe.

Ce pouvoir lui a été accordé avant l'arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche, indiquent des responsables du Pentagone.

Le président américain, Donald Trump, s'était auparavant félicité d'un « nouveau succès » à la suite du bombardement.

En conférence de presse à Kaboul, le chef du contingent militaire américain, John Nicholson, a justifié l’utilisation de cette arme pour des raisons tactiques, affirmant que cette dernière était particulièrement efficace contre les cibles qu'on trouve en surface ou à quelques mètres de profondeur.

« C'était l'arme qu’il fallait pour ce genre de cible. »

— Une citation de  John Nicholson, chef du contingent militaire américain en Afghanistan

Le bombardement visait la destruction d’un complexe de tunnels et de grottes près de la frontière pakistanaise, où se sont intensifiés des combats entre l'armée afghane et les militants du groupe armé État islamique au cours des dernières semaines.

« Trois tunnels dans lesquels les combattants avaient pris position au moment de l'attaque ont été détruits. »

— Une citation de  Esmail Shinwar, gouverneur du district de Achin, fief de l'EI dans la province

L’utilisation de cette arme a été dénoncée sur Twitter par l’ambassadeur afghan au Pakistan Omar Zakhilwal, qui estime l’opération « contreproductive ».

« Si les grosses bombes offraient une solution, nous serions aujourd'hui l'endroit le plus sûr du monde. »

— Une citation de  Omar Zakhilwal, l'ambassadeur afghan au Pakistan

Selon le gouverneur afghan, l'explosion de la mégabombe n'a fait aucune victime civile ou militaire.

Une image tirée de la vidéo publiée par l'armée américaine, qui montre un panache de fumée s'élevant d'un terrain accidenté.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une image tirée de la vidéo publiée par l'armée américaine, qui montre un panache de fumée s'élevant d'un terrain accidenté.

Photo : Reuters

L'explosion de la mégabombe a provoqué un grand embrasement et un imposant panache de fumée dans la région montagneuse isolée. Une vidéo publiée par l'armée américaine montre des images de la fumée s'élevant d'un terrain accidenté.

« En ce moment, les commandos afghans et les troupes étrangères conduisent une opération de nettoyage dans la zone. »

— Une citation de  Esmail Shinwar, gouverneur du district de Achin

Le porte-parole du gouverneur provincial, Attaullah Khogyani, a évoqué « 90 combattants de Daech tués ». Il a également confirmé « une opération de nettoyage conduite avec succès ».

Le groupe armé EI a démenti vendredi avoir subi des pertes dans le bombardement, rapporte une déclaration publiée sur Amaq, son organe de propagande.

Avec les informations de Associated Press, et Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !