•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La police de Calgary blanchie de tout soupçon de racisme dans la mort de Colton Crowshoe

photo de Colton James Crowshoe
Le corps de Colton Crowshoe a été retrouvé en juillet 2014 dans un bassin de rétention du nord-est de Calgary. Photo: Service de police de Calgary
Radio-Canada

Une enquête de près de trois ans de l'Équipe d'intervention de l'Alberta en cas d'incidents graves (ASIRT) n'a trouvé aucun fondement aux accusations de racisme et de discrimination contre la police de Calgary en lien avec la mort d'un jeune Autochtone de 18 ans en juillet 2014.

Le corps de Colton James Crowshoe a été retrouvé dans un étang au nord-est de Calgary près de trois semaines après que sa famille eut signalé sa disparition. La police n’avait pas publié d’avis de recherche avant le 22 juillet, soit 18 jours après le signalement de la famille.

Les proches du jeune homme affirmaient avoir été victimes de discrimination. Selon eux, la police n’avait pas agi assez rapidement pour enquêter parce que Colton Crowshoe était autochtone.

L'ASIRT a saisi le dossier en août 2014 à la demande de la police de Calgary. L’enquête a étudié 26 fichiers aléatoires de personnes disparues traités par la police de Calgary, incluant des Blancs et des Autochtones.

La famille de Colton CrowshoeLa famille de Colton Crowshoe. Photo : Radio-Canada / Meghan Grant

Des erreurs, mais pas de discrimination

L'étude démontre que la phase initiale de cette enquête était sujette à une série d'hypothèses, d'erreurs et de manquements effectués par le personnel policier.

La conclusion est qu’une enquête minime sur le rapport de la personne disparue a été faite par la police, qu’il y a eu omission de documenter les nouvelles informations pertinentes et qu'aucune communication n’a été initiée par la police avec la famille.

Toutefois, l’enquête s’est déroulée de manière appropriée après le 16 juillet 2014. Ainsi, bien que des erreurs aient été commises, l'ASIRT affirme qu’elles ne sont pas en lien avec le fait que la victime était autochtone.

De plus, chaque agent de police a été évalué individuellement et aucun d'entre eux n’a pu être qualifié d’avoir dérogé sérieusement à la norme de diligence attendue ou d’abus de confiance.

Jusqu’à présent, personne n’a été arrêté en lien avec la mort du jeune homme, considérée comme un homicide.

Alberta

Autochtones