•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La sélection à Cannes de deux « films Netflix » crée des remous

Le délégué général du Festival de Cannes, Thierry Fremaux (gauche), et le président de l'événement, Pierre Lescure (droite), posent devant l'affiche.

Le délégué général du Festival de Cannes, Thierry Fremaux (gauche), et le président de l'événement, Pierre Lescure (droite), posent devant l'affiche.

Photo : AFP / Lionel Bonaventure

Radio-Canada

Annoncée jeudi, la sélection du 70e Festival de Cannes comprend deux longs métrages distribués par la plateforme de vidéos en ligne Netflix. La présence d'Okja, du Sud-Coréen Bong Joon-ho, et de The Meyerowitz Stories, de l'Américain Noah Baumbach, s'avère aussi historique que décevante aux yeux de certains spécialistes.

Sélectionnés dans le plus important festival de cinéma au monde, les deux longs métrages devraient néanmoins ne connaître qu’une vie brève (au mieux) dans les salles obscures. De par l’identité de leur distributeur, seule leur diffusion sur Netflix est en effet assurée en 2017… dans les pays où le service fonctionne.

Thierry Frémaux, délégué général du Festival de Cannes, en convient : il s’agit d’une « situation unique et inédite », a-t-il déclaré aux journalistes présents lors de l’annonce de la sélection. Toutefois, il s’est montré optimiste pour Okja : « Je crois savoir qu’un distributeur essaye de faire en sorte qu’il puisse sortir en salle », a-t-il déclaré à BFMTV.

Si les patrons de la plateforme ont racheté les droits de The Meyerowitz Stories, ils ont en revanche produit le film de Bong Joon-ho, récit du combat d’une jeune fille contre une grande compagnie qui veut enlever sa meilleure amie, un énorme animal. Voici un avant-goût d'Okja (en anglais seulement) :

 

Netflix a annoncé que The Meyerowitz Stories, comédie sur une famille new-yorkaise avec Dustin Hoffman, Ben Stiller et Adam Sandler, bénéficierait d’une sortie en salle limitée aux États-Unis. Qu’en est-il du reste du monde? Mystère.

Jean Labadie, producteur et distributeur français, a fait part de son mécontentement quant au choix des organisateurs du Festival de Cannes.

 

Évidemment, de son côté, Netflix s’est réjoui de cette double sélection prestigieuse, une avancée évidente dans leur quête de reconnaissance du milieu du cinéma. « L'engagement du Festival de Cannes à offrir une place exceptionnelle aux films des auteurs les plus reconnus est unique. Nous sommes très honorés d'avoir l'opportunité d'y présenter, pour la première fois, deux de nos films les plus attendus », a indiqué Ted Sarandos, directeur des contenus de la plateforme, dans un communiqué.

Si aucun de « ses » films n’avait jamais fait partie de la sélection officielle à Cannes, Netflix a toutefois fait grincer des dents, l’an passé, lorsqu’il a racheté les droits de Divines, film qui a remporté la Caméra d’or. Hormis en France, le long métrage n’est jamais sorti au cinéma à cause de ce partenariat.

Outre Netflix, Amazon figure également parmi les gagnants de la sélection 2017, avec Wonderstruck, de Todd Haynes, film candidat à la Palme d’or produit par l’entreprise de Jeff Bezos. Amazon devrait permettre au long métrage de bénéficier d'une exploitation classique en salle, tout comme c'était déjà le cas pour ses trois fictions sélectionnées à Cannes en 2016 (Mademoiselle, Paterson et The Neon Demon).

Avec les informations de AFP

Cinéma

Arts