•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Marie-Josée Croze couronnée pour «le plus beau rôle» de sa vie

Radio-Canada

Sacrée meilleure interprète féminine à Cannes, la comédienne québécoise va d'une entrevue à l'autre témoigner sa surprise en toute simplicité, tandis que Denys Arcand quitte la Croisette avec le Prix du scénario pour «Les Invasions barbares».

Contre toute attente, la comédienne Marie-Josée Croze a été couronnée meilleure interprète à Cannes pour son rôle de jeune junkie dans le film Les Invasions barbares de Denys Arcand.

Malgré une quarantaine de messages sur son répondeur téléphonique et de nombreux appels de sa famille et de ses amis, la jeune comédienne a déclaré lundi matin qu'elle ne le croyait toujours pas.

«Je ne pensais jamais vivre ça. J'avais jamais imaginé une chose pareille. C'est extraordinaire», s'est-elle exclamé lors d'une entrevue à l'émission Matin Express de RDI.

Pourtant, elle n'hésite pas à parler de la grandeur de son rôle, si secondaire soit-il dans la distribution du film. «J'ai toujours dit que c'était le plus beau rôle que j'avais eu. Pour un acteur, c'est magnifique d'avoir un personnage qui a autant de facettes et de nuances». Selon la comédienne, il n'y a pas d'équivalent de ce rôle dans l'histoire du cinéma. Et, parlant de la scène finale du film : «C'est une scène qui m'a habitée pendant longtemps après le tournage», confie-t-elle.

Sans prétention aucune, Marie-Josée Croze, qui se mesurait aux comédiennes Nicole Kidman et Charlotte Rampling pour ce titre, ne laisse pas cet honneur lui monter à la tête, répétant le ridicule des prix. «Ça ne se compare pas des acteurs».

Elle reconnaît toutefois qu'un tel prix aura des répercussions sur le plan international, contrairement aux prix Génie et Jutra. «C'est le deuxième prix en importance après les Oscar. Ç'a une vraie valeur internationale», souligne-t-elle.

Rentrée avant la fin du festival cannois, faute d'argent pour soutenir l'importante délégation de comédiens québécois présents sur la Croisette, Marie-Josée Croze a appris la nouvelle alors qu'elle participait dimanche après-midi à l'émission «Christiane Charette en direct».

Arcand, heureux malgré tout

Alors que la Palme d'or du 56e festival du film de Cannes a été décernée au film Elephant de l'Américain Gus van Sant, Les Invasions barbares du réalisateur québécois Denys Arcand a remporté le Prix du scénario à Cannes. Heureux du dénouement des événements, malgré l'espoir flottant de remporter la Palme d'or, le réalisateur a toutefois regretté que le jury cannois soit aussi enclin à décerner le plus grand prix européen du cinéma à des films tristes et tragiques.

Denys Arcand se réjouit par ailleurs de la vente des droits de diffusion de son film au géant indépendant Miramax qui va en assurer une large distribution à travers les États-Unis, chose plutôt rare pour un film québécois francophone. L'équipe d'Arcand peut ainsi lorgner Hollywood après avoir foulé le sol cannois.

0