•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rafaël Ouellet : le pamphlétaire prudent

Le réalisateur Rafaël Ouellet

Le réalisateur Rafaël Ouellet

Photo : Radio-Canada / Lisa Marie Noël

Helen Faradji
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Cinéaste et personnalité publique, Rafaël Ouellet a fait le choix d'exprimer ses opinions sur les réseaux sociaux, parfois bruyamment. Nous en parlons avec lui.

L’un des clichés les plus répandus quant au fonctionnement de notre univers artistique est qu’il y règne une complaisance sans nom. De celle qui le préserve de toute ironie trop cinglante, de tout commentaire trop baveux, de toute critique virulente.

Bien loin de le démentir, Rafaël Ouellet, réalisateur (Camion, Fatale-Station), l’explique même assez clairement.

C’est un problème qui vient beaucoup de la peur. C’est un petit milieu, le Québec, tout le monde se connaît, même les critiques, et nos acquis sont fragiles. On a peur de se faire taper sur les doigts, de se faire boycotter, de se retrouver sur des listes noires.

Une citation de : Rafaël Ouellet

Pourtant, il a plutôt décidé d’opter pour la voie contraire. Si d’autres avant lui ont choisi d’exprimer leurs dissensions ou leurs revendications directement dans leurs films, c’est sur les réseaux sociaux et au micro d'émissions d'ICI RADIO-CANADA PREMIÈRE, dont On dira ce qu'on voudra, que Rafaël Ouellet a plutôt tendance à exprimer ses idées.

Le réalisateur Rafaël OuelletAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le réalisateur Rafaël Ouellet

Photo : Radio-Canada/Louis-André Bertrand

« Au cinéma, ce ne sont pas les histoires que j’ai envie de raconter. J’y ai réfléchi et je me suis souvent demandé si je pourrais faire un film politique, contribuer au discours, apporter quelque chose, mais je ne sais pas. Je ne suis pas Costa-Gavras. Ce serait artificiel. »

C’est donc sur les réseaux sociaux qu’il affirme ses points de vue. Sur Twitter, sa passe d’armes avec le propriétaire de salles de cinéma Vincent Guzzo est même restée célèbre.

C’était une vraie chicane d’adolescents, une guerre de trolls, avec insultes, attaques personnelles. Depuis, la hache de guerre a été enterrée.

Une citation de : Rafaël Ouellet
 

Même si les réseaux sociaux lui offrent une tribune de choix où s’exprimer, il reste bien conscient de l’étrange position dans laquelle cette prise de parole publique le place. D’un côté, artiste, de l’autre, critique du système qui l’abrite.

« Je le fais avec intelligence, j’espère, et je présume de l’intelligence des gens de l’autre bord. Je sais aussi à qui je m’attaque; je ne veux pas me suicider professionnellement. J’ai déjà eu des avertissements. Même des amis proches m’ont masqué sur Facebook pendant les élections ou la grève étudiante. »

Au nom des artistes

Au fond, ce qui motive Rafaël Ouellet, c’est que les choses changent, que les conditions de travail des artistes et de vie des films s’améliorent, que les injustices qui lui semblent flagrantes soient réparées.

Parfois, il y a de l’immobilisme, de l’hypocrisie, de la complaisance, et je peux me servir des plateformes que j’ai pour en parler, [...] pour que ça avance vraiment. Il y a quelques années, les gens ont crié en gang parce que les films de la nouvelle vague québécoise n’étaient même pas nommés aux prix Jutra, et ça a changé.

Une citation de : Rafaël Ouellet
Le film « Boyhood », de Richard LinklaterAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le film « Boyhood », de Richard Linklater

Photo : La Presse canadienne / AP / IFC Films

Sur les réseaux sociaux, Rafaël Ouellet s’est également fait remarquer en s’attaquant à ce qui fait pratiquement l'unanimité, que ce soit le Canadien de Montréal, Boyhood de Richard Linklater, ou La La Land de Damian Chazelle.

Ce sont des cas où je sais que j’ai trouvé un point sensible, et ça m’amuse d’appuyer dessus. Je sais aussi que ça touche un petit groupe, je sais à qui je parle.

Une citation de : Rafaël Ouellet

Toutefois, cette virulence, ce verbe haut en couleur, serait-il capable de l’assumer envers, par exemple, une production québécoise?

Quand j’attaque Richard Martineau ou Éric Duhaime, ce sont des coups d’épée dans l’eau, ces gens-là sont blindés. Toutefois, les cinéastes, ce n’est pas pareil. Puis, encore une fois, le milieu est vraiment petit.

Une citation de : Rafaël Ouellet

Rafaël Ouellet aborde également une quadrature du cercle qu'il ne sait pas résoudre, mais sur laquelle il a évidemment une opinion.

« Ma longue quête, c’est le manque de collaboration entre nous, les artisans, comme du temps de la Nouvelle Vague ou de l’ONF. Si l'on était capable de collaborer, de travailler ensemble, on serait capable de se critiquer et de s’élever, mais on a préféré être tous sur des planètes indépendantes et se regarder de loin. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !