•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une famille de Kedgwick reproche à des ambulanciers d’avoir laissé une femme pour morte

Une ambulance dans un garage

Une famille de Kedgwick intente une poursuite contre Ambulance Nouveau-Brunswick à la suite d'un décès.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Une famille de Kedgwick qui reproche à des ambulanciers d'avoir laissé une femme pour morte dans le froid intente une poursuite contre Ambulance Nouveau-Brunswick.

Le 4 décembre 2014, vers 5 h, Gilles Bernard, résident de Kedgwick, a constaté que son épouse n'était pas dans la maison.

Gracia Richard, 62 ans, souffrait de problèmes de santé mentale. Pendant la nuit, elle s'est aventurée à l'extérieur presque complètement dénudée. Gilles Bernard l’a retrouvée inconsciente dans un banc de neige. Puis, il a composé le 911.

Selon l’avis de poursuite, deux ambulanciers se sont rendus sur place et ils ont conclu que Mme Richard était décédée. Puis, ils ont demandé à Gilles Bernard de ne pas déplacer le corps. Les ambulanciers ont quitté les lieux et c'est finalement un coroner qui a constaté le décès.

Gilles Bernard estime que son épouse est restée couchée dans le froid pendant près de six heures. Personne ne savait à ce moment qu’en réalité elle n'était pas morte.

Gracia Richard a ensuite été transportée à l'Hôpital de Saint-Quentin dans un corbillard. Le médecin qui était en service ce jour-là a ouvert le sac mortuaire et constaté qu’elle respirait encore.

Le personnel de l'Hôpital a tenté de ranimer Mme Richard, mais elle est morte avant qu'elle puisse être transportée d'urgence à l’Hôpital d’Edmundston.

« On a été traité comme des animaux, des moins que rien. On n'a pas eu d'aide. Pas du tout. Pas du tout. [...] Ça n'a pas été quelque chose qui a été plaisant, pas du tout, parce qu'ils n'ont offert aucune sorte d'aide, eux autres », affirme Gilles Bernard.

S'ils avaient amené ma femme, au lieu de la laisser-là comme un animal, puis moi, me traiter comme un criminel, ma femme serait en vie aujourd'hui.

Gilles Bernard

Selon plusieurs sources, les ambulanciers qui ont été appelés chez Gracia Richard ce matin-là ont écopé d'une suspension de deux semaines, à la suite d'une enquête interne, et ils ont ensuite repris leur poste. Cela choque Gilles Bernard.

« Ce gars-là ne mérite pas d'être là. Un gars qui n'est pas capable de faire son ouvrage ne mérite pas d'avoir une job de même. Il a laissé mourir ma femme. Moi, le plus dans tout ça, c'est ce que je veux, que le gars soit reconnu coupable, puis qu'ils l'enlèvent de sur sa job », lance Gilles Bernard.

Aucune allégation contenue dans l'avis de poursuite n'a encore été prouvée en cour. Aucune date n'a été fixée pour l'audience en Cour du Banc de la Reine à Campbellton.

Ni Ambulance Nouveau-Brunswick ni le ministère de la Santé du Nouveau-Brunswick n'ont donné une suite à nos demandes d'entrevue sur ce cas.

D’après le reportage de Michel Nogue

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Justice et faits divers