•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La servante écarlate

Marjorie April

Marjorie April

Photo : Radio-Canada / Robert Laffont

Radio-Canada

Quel livre d'ici aimeriez-vous offrir à ceux qui nous dirigent?
Découvrez Les incontournables 2017.

Le choix de : Marjorie April
Émission : 
Y'a pas deux matins pareils, ICI RADIO-CANADA PREMIÈRE Toronto, en semaine, de 6 h à 9 h
Titre : 
La servante écarlate
Auteure : Margaret Atwood, traduit de l'anglais (Canada) par Sylviane Rue
Éditeur : Robert Laffont, 2015

POURQUOI RECOMMANDEZ-VOUS CE LIVRE À CEUX QUI NOUS DIRIGENT?

D'abord parce que nos dirigeants devraient tous avoir lu au moins un livre de Margaret Atwood! Elle est l'une des plus grandes romancières et essayistes canadiennes, et elle pose un regard critique sur la société qui l'entoure, même dans ses fictions. La servante écarlate n'y manque pas : c'est, en quelque sorte, un avertissement à l'extrême des conséquences du contrôle de la femme et de son corps par nos dirigeants. Ce livre nous rappelle de ne pas tenir nos droits pour acquis, puisqu'un recul est toujours possible. Le roman, tout comme 1984, de George Orwell, a d’ailleurs connu un regain de popularité depuis l'élection de Donald Trump aux États-Unis.

Marjorie April

RÉSUMÉ

Le roman présente un futur sombre, un univers pollué par les produits toxiques et les radiations nucléaires, dominé par la religion et où le taux de natalité a chuté de façon alarmante. Les rares femmes capables d'enfanter offrent leur corps au service de la République de Gilead. Defred, l'une de ces servantes écarlates, s'évade et raconte comment elle a vécu dans cette société totalitaire. Née à Ottawa en 1939, Margaret Atwood est l'une des écrivaines les plus prolifiques et les plus estimées du Canada. Elle a écrit 35 livres traduits en plus de 50 langues. La servante écarlate, qui n'est pas sans rappeler 1984 d'Orwell, est l'un de ses hauts faits d'armes dans le combat qu'elle mène pour les femmes. Le roman a valu à son auteure le Prix littéraire du gouverneur général, le prix Best Fiction du Los Angeles Time, le prix Arthur C. Clarke et le Prix littéraire du Commonwealth.

EXTRAIT

Notre fonction est la reproduction : nous ne sommes pas des concubines, des geishas ni des courtisanes. Au contraire : tout a été fait pour nous éliminer de ces catégories. Rien en nous ne doit séduire, aucune latitude n'est autorisée pour que fleurissent des désirs secrets, nulle faveur particulière ne doit être extorquée par des cajoleries, ni de part ni d'autre; l'amour ne doit trouver aucune prise. Nous sommes des utérus à deux pattes, un point c'est tout : vases sacrés, calices ambulants.

 

Livres

Arts