•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Meurtre à Val-d'Amour : Steve Levesque reçoit sa peine

Steve Levesque escorté par des policiers

Steve Levesque a été condamné pour homicide involontaire à la suite de la mort de Denis LeBlanc à Val-d'Amour en août 2015.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Steve Levesque de Campbellton au Nouveau-Brunswick a reçu sa peine pour un homicide involontaire contre Denis LeBlanc survenu à Val-d'Amour en août 2015.

La Couronne et la défense s'étaient entendues sur une peine de dix ans, mais ne s'entendaient pas sur le moment du début de la peine. La Couronne souhaitait qu'elle commence mardi alors que la défense aurait voulu qu'elle prenne en compte le temps déjà purgé.

Le juge Larry Landry a déterminé que Steve Lévesque devra purger une peine de 11 ans et 2 mois moins le temps déjà purgé. Il lui reste donc à passer 8 ans et 9 mois à partir de mardi. Il lui sera également interdit de posséder des armes à feu pour le reste de sa vie.

L'avocat de la défense Luc Roy est satisfait de la peineAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'avocat de la défense Luc Roy est satisfait de la peine

Photo : Radio-Canada / Kassandra Nadeau

L'avocat de la défense, Luc Roy, est satisfait de la peine : « On est satisfaits. On s'attendait que M. Levesque allait purger une peine au fédéral, puis, écoutez, ce n'est jamais facile des peines comme ça. Il y a eu mort d'homme. On peut juste penser à la famille de M. LeBlanc puis on est satisfaits. On ne s'attendait pas à des miracles non plus puis on pense que le juge a fait une bonne application du droit et de l'application de sentence. »

Steve Levesque avait plaidé coupable à quatre chefs d'accusation, soit homicide involontaire, utilisation d'une arme à feu durant une infraction, introduction par effraction et s'être masqué le visage pour commettre un méfait.

D'après un reportage de Kassandra Nadeau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !