•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec dévoile sa nouvelle politique internationale

Le premier ministre Couillard entouré de ses ministres St-Pierre et Anglade à Québec

Le premier ministre Couillard entouré de ses ministres St-Pierre et Anglade à Québec

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Dotée d'un budget supplémentaire de 100 millions de dollars, la nouvelle politique internationale du Québec aura pour principal objectif d'accroître le rayonnement commercial, culturel et politique du Québec à l'étranger.

La nouvelle politique, qui a été élaborée à partir « d’une vaste consultation », précise le communiqué du cabinet de Philippe Couillard, sera guidée par trois orientations, soit :

  • Rendre les Québécoises et les Québécois plus prospères;
  • Contribuer à un monde plus sécuritaire, durable et juste;
  • Promouvoir la créativité, la culture, le savoir et la spécificité du Québec.

Pour atteindre ces objectifs, le gouvernement du Québec débloque 100 millions de dollars supplémentaires, annoncés dans le dernier budget de Carlos Leitao, pour créer notamment des postes d’émissaires diplomatiques qui auront pour mission d’assurer le rayonnement dans le monde des compétences québécoises, notamment en matière de changement climatique, d’enjeux nordiques et de la Stratégie maritime du Québec.

La lutte contre les changements climatiques sera d’ailleurs l’un des fers de lance de la nouvelle politique étrangère du Québec, assure le premier ministre Philippe Couillard, dans un contexte international où l'enjeu climatique semble relégué au second plan par les gouvernements de certains grands pays, notamment les États-Unis.

« Notre monde est complexe, interdépendant et en constante évolution. Dans ce contexte, nous proposons une vision qui ouvre le Québec sur le monde et offre de nouvelles occasions de partenariats. »

— Une citation de  Philippe Couillard, premier ministre du Québec

Se préparer à l'ère Trump

Il va sans dire que l’arrivée de Donald Trump à la présidence des États-Unis et les changements qui en découleront pour le Québec sont un sujet de préoccupation pour le gouvernement Couillard.

À cette fin, la nouvelle politique extérieure du Québec entend « approfondir les relations » de la province particulièrement avec Washington, mais aussi avec l’Europe et les partenaires de la Francophonie.

« Les accords commerciaux représentent des occasions d'affaires pour nos entreprises. Je pense à l'AECG, qui facilitera les échanges commerciaux avec un marché de 500 millions de consommateurs, et à l'ALENA qui a permis de doubler nos échanges avec les États-Unis. En vue de la renégociation de cet accord, notre gouvernement est très actif sur le terrain pour faire valoir les forces du Québec », explique la ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation, Dominique Anglade.

Les municipalités seront désormais consultées

Fait intéressant, le gouvernement Couillard entend aussi tenir compte de l’opinion des « municipalités et de la société civile » dans le développement de ses relations avec l’extérieur.

Cette « gouvernance renouvelée » que nous promet le gouvernement libéral comprendra notamment des mécanismes de consultation d’experts, des municipalités et de la société civile dans l’élaboration des politiques extérieures de la province.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !