•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un service de location de poules urbaines fleurit en Alberta

Des poules urbaines dans leur enclos

Des poules urbaines

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les agriculteurs urbains albertains peuvent maintenant avoir des oeufs frais dans leur cour arrière, grâce à un service de location de poules.

The Urban Chicks est une entreprise fondée par une mère et sa fille, dans la ferme familiale de la municipalité de Millarville, à 60 km au sud-ouest de Calgary. L’intérêt pour la location de poules urbaines est grand dans la région, puisque 20 poulaillers ont été loués l’an dernier, ce qui est la limite de l’entreprise.

« Si on a trop de poules, on ne respecte plus le mode de vie de la ferme. Nous leur offrons une bonne vie, elles peuvent se déplacer librement, picorer des insectes dans le jardin, etc. », souligne la copropriétaire, Megan Wylie.

Les clients de The Urban Chick proviennent des municipalités voisines de Calgary, de la vallée de Turner, de Black Diamond, de High River, d'Okotoks et de Red Deer, mais pas de Calgary même où les poules et tous les animaux de ferme sont interdits.

Pour 450 $, l’entreprise fournit un poulailler, deux poules, des aliments biologiques, des grains, des coquilles d’huîtres pour renforcer le niveau de calcium des volatiles, des bols et des accessoires de nettoyage. Chaque poule supplémentaire coûte 75 $.

« Nous apportons tout ce dont on a besoin pour prendre soin d’elles durant l'été », affirme Mme Wylie.

L’entreprise offre même une garantie de pondaison. Si une poule pond peu, elle l’échange pour une autre.

The Urban Chicks s’occupe des poules l’hiver, ce qui demande plus de travail et d’efforts. Les clients peuvent aussi avoir le même animal l’année suivante, parce qu’ils s’attachent souvent à ces animaux.

« Elles sont en fait assez faciles à élever. Elles aiment le même genre d’activités éducatives que les animaux domestiques, comme les casse-têtes, les jeux et les objets à picorer », relate Mme Wylie.

Selon des informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !