•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Saskatchewan demande aux commissions scolaires de réduire leurs salaires

Une classe dans une école primaire

Une classe dans une école primaire

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le ministère de l'Éducation de la Saskatchewan demande aux commissions scolaires de réduire de 3,5 % les salaires et les avantages sociaux de leurs employés et de ne pas accorder d'augmentation pendant trois ans.

Dans une lettre aux présidents des conseils, l’adjointe au ministre, Julie MacRae, soutient que les économies requises ne peuvent se faire par des abolitions de postes.

Elle affirme que les commissions doivent se serrer la ceinture sans attendre.

Pour sa part, l’Association des commissions scolaires de la Saskatchewan accuse le gouvernement de ne garder des commissions scolaires que le nom. « Le gouvernement essaie de dicter aux commissions scolaires comment faire leurs affaires », déclare le président de l’association, Shawn Davidson.

Il ajoute que les commissions n'ont pas l'intention de rompre les contrats déjà négociés, dont certains n’arriveront pas à terme avant plusieurs années.

La convention collective actuelle, qui s’applique à plus de 13 000 enseignants, prendra fin en août. Les négociations pour une nouvelle entente commenceront en mai.

Le gouvernement de la Saskatchewan a procédé à des compressions pour s'attaquer à un déficit de 1,3 milliard de dollars. Il vise à le réduire à 685 millions de dollars au cours de l'année prochaine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !