•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’état des stocks de maquereau toujours fragile

Des maquereaux.

Des maquereaux.

Photo : Gurcan Ozturk/AFP/Getty Images

Radio-Canada

L'état des stocks de maquereau dans les eaux canadiennes demeure critique, malgré une légère hausse de la population depuis quatre ans.

Selon les plus récentes données de Pêches et Océans Canada, la population était de 50 000 tonnes en 2016, comparativement à 15 000 tonnes en 2012.

Les scientifiques estiment que malgré les signes encourageants de rétablissement, la ressource demeure en danger. Au début des années 1980, on comptait 750 000  tonnes de maquereau dans les eaux canadiennes.

D’après Thomas Doniol-Valcroz, biologiste à l'Institut Maurice-Lamontagne, le déclin serait dû à la surpêche et à une baisse du recrutement, que les scientifiques peinent à expliquer.

« Depuis 2012, précise-t-il, on a un stock qui remonte légèrement, mais il y a d’autres indicateurs encourageants, comme la présence de poissons plus âgés dans la population. »

M. Doniol-Valcroz indique que plusieurs éléments peuvent expliquer des variations dans la capacité de reproduction de l'espèce.

La quantité de nourriture disponible pour les larves et les juvéniles serait parmi ces facteurs.

Le dernier événement de recrutement majeur aurait été enregistré en 1999.

« On considère que le stock actuel n’est pas encore sorti de la zone critique, ajoute le biologiste. Est-ce qu’on est capables de le ramener au niveau des années 1980, plus de 10 fois ce qu’on voit maintenant? C’est une grande question parce qu’il y a aussi des effets environnementaux là-dedans. »

Le biologiste indique qu'il faudra atteindre 100 000 tonnes pour sortir de la zone considérée critique.

D’après les renseignements de Geneviève Génier Carrier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Environnement