•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Syriennes exposent leurs oeuvres d'art thérapeutique

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

L'atelier culturel présente une performance éclair avec Virginie Hamel.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Tout au long du mois de mars, l'artiste Dominik Robichaud a donné des atelier d'art-thérapie à des réfugiées syriennes récemment arrivées à Moncton, au Nouveau-Brunswick. La thérapie par l'art permet d'exprimer des pensées et des émotions difficiles. Et des moments difficiles, ces femmes en ont vécu beaucoup dans les dernières années.

Le temps a passé depuis l’exode de Syrie, la guerre, le voyage, une véritable épopée. Mais Aisha Jably, une participante aux ateliers de Dominik Robichaud, n’a rien oublié. Le moment est maintenant venu de présenter le fruit d’un mois d’efforts.

L’artiste, qui étudie à l’Institut d’art thérapeutique de Toronto, travaille beaucoup avec les symboles. « Je vais prendre une métaphore, qui était en fait la migration de l'oiseau, qui [peut] raconter leur histoire. »

Les plumes symbolisent ce que les femmes ont laissé derrière elles. L'oiseau raconte leur migration. L'oeuf représente l'espoir qu'elles couvent pour leur nouvelle vie au Canada.

Le but de la démarche est d’aider ces femmes à guérir de leurs blessures, mais aussi de tisser des liens entre la communauté et les réfugiées. « Elles ont construit un nid ensemble et c'est ensemble qu'elles travaillent pour construire un chez-soi, leur nouvelle maison, leur nouvelle communauté », a expliqué Dominik Robichaud.

Les oeuvres sont exposées au deuxième étage du Centre culturel Aberdeen. Le vernissage aura lieu le samedi 8 avril et les oeuvres seront exposés jusqu'au 18 avril.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !