•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fin de la STC : un autre obstacle pour une femme atteinte de démence

Lori Michaud.

Lori Michaud utilise le service d'autocars de la STC pour aller à ses rendez-vous médicaux et rendre visite à sa famille.

Photo : Radio-Canada / Nicole Lavergne-Smith

Radio-Canada

La fin du service d'autocars de la Compagnie de transport de la Saskatchewan (STC) sera un autre obstacle pour l'indépendance de Lori Michaud, qui est atteinte de démence.

La femme de 46 ans vit à Prince Albert et se sert du service pour rendre visite à ses parents, à North Battleford, ainsi que pour aller à ses rendez-vous médicaux à Saskatoon. « Je n'ai pas de permis de conduire. Donc, c'était un moyen pour moi de dire : "OK, je peux aller à Saskatoon ou je peux retourner à North Battleford pour rendre visite à mes parents." »

Le gouvernement provincial a décidé de dissoudre la STC afin de s’attaquer à son déficit budgétaire. Les services de la STC prendront fin le 31 mai. « Ça m'enlève un autre moyen d'indépendance », déplore Lori Michaud.

C'est comme encore une autre chose que je ne peux pas faire.

Lori Michaud, personne atteinte de démence

Sans autocar, elle devra s’organiser autrement. « Je sais que surtout ma mère n'aime pas conduire l'hiver et je ne lui demanderai pas de me conduire à Saskatoon l'hiver. »

Elle envisage d’arrêter de consulter certains spécialistes à Saskatoon, faute de moyen de transport. « Souvent, mes rendez-vous durent 10 minutes. Alors, de demander à quelqu'un de prendre toute une journée de congé pour faire ça, non. »

Avec les informations de Nicole Lavergne-Smith

Saskatchewan

Transport en commun