•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Soupir de soulagement chez les transformateurs de bois

Billots de bois cordés devant l'usine de transformation de Chantiers Chibougamau

Installations de Chantiers Chibougamau

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Plusieurs entreprises de transformation du bois du Saguenay-Lac-Saint-Jean ont un poids de moins sur les épaules dans le conflit canado-américain sur le bois d'œuvre.

La coalition américaine qui réclame des droits compensatoires sur le bois d'œuvre assouplit sa position. Elle a retiré sa demande d’imposer des droits compensatoires à l’exportation sur les bois lamellés collés et les bois de sommiers de lits.

Si de tels droits avaient été imposés, la survie même des usines comme Chantier-Chibougamau, Barette à Roberval et Lamco à Saint-Félicien aurait été menacée, selon le président du Conseil de l'industrie forestière du Québec, André Tremblay.

« Avec une taxe de 20-25 %, la situation concurrentielle de ces entreprises aurait été fortement attaquée et, à mon sens à moi, on aurait parlé de fermetures à moyen terme. »

Les droits compensatoires sur le bois d'œuvre qui n'est pas transformé seront connus le 24 avril.

Selon les informations de Gilles Munger

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !