•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Facebook s’attaque à la porno rancunière

Un consommateur de pornographie

La porno rancunière est un fléau en ligne.

Photo : iStock

Catherine Mathys
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Aujourd'hui, Facebook dévoile de nouveaux outils pour mieux protéger ses utilisateurs dont les photos intimes sont relayées sans leur consentement.

C’est connu, ce genre d’intimidation en ligne fait des ravages. Dans son billet de blogue publié ce matin, Facebook cite une étude de la US Victims of Non-Consensual Intimate Images selon laquelle 93 % des gens aux prises avec ce problème éprouvent de la détresse émotionnelle, et 82 % ressentent des effets significatifs dans d’autres sphères de leur vie, comme celle sociale ou professionnelle.

De nouveaux outils pour dénoncer

Alors, qu’est-il proposé de faire si l’on est confronté à ce genre de situation ou si l’on voit de telles images circuler?

*Si vous voyez une photo intime sur Facebook et que vous soupçonnez qu’elle soit partagée sans le consentement de la personne visée, vous pouvez signaler la publication en appuyant sur la petite flèche en haut à droite du message.

*Une équipe à l’interne se chargera d’évaluer l’image et de la retirer si elle enfreint les règlements. Dans bien des cas, c’est le compte de la personne qui partage ce contenu qui sera désactivé. Celle-ci pourra porter la décision en appel si elle juge la désactivation abusive.

*Grâce à la technologie de reconnaissance d’image, les informations relatives à la photo seront partagées entre les comptes Messenger, Facebook et Instagram, de telle manière qu’il sera impossible de partager à nouveau la photo si elle a déjà été signalée sur l’une ou l’autre des plateformes.

*De l’aide sera également offerte aux victimes de ce genre d’intimidation.

Ces mécanismes ont été développés à l’aide entre autres de la Cyber Civil Rights Initiative, qui vise à faire converger les victimes et les dénonciateurs de ce genre de comportement vers un seul site. Sur ce dernier, on trouve d’ailleurs un guide propre à Facebook et à la plupart des autres plateformes les plus populaires (Twitter, Instagram, Reddit, Tumblr, Yahoo, Google et Microsoft) dans lequel on détaille la marche à suivre dans une situation de partage de photos sans consentement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !