•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le président des Junos se dissocie des propos controversés d'un coanimateur

Allan Reid, le président du gala des Junos lors de la cérémonie de samedi

Allan Reid, le président du gala des Junos lors de la cérémonie de samedi

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

La Presse canadienne
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le président du gala des Junos a présenté ses excuses pour certains commentaires controversés formulés par le coanimateur Russell Peters pendant la cérémonie télévisée, dimanche dernier.

Par voie de communiqué, Allan Reid a tenté de se dissocier, lui et les organisateurs du gala, de certaines blagues qui ont été critiquées pour avoir sexualisé les femmes.

L'humoriste a ouvert la cérémonie avec un monologue dans lequel il a montré des jeunes filles dans le public en disant qu'elles représentaient « un crime en attente d'être commis ».

Certains commentaires de Russell Peters, le coanimateur des Junos, ont été condamnés sur les réseaux sociaux.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Certains commentaires de Russell Peters, le coanimateur des Junos, ont été condamnés sur les réseaux sociaux.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Russell Peters s'est aussi demandé à la blague pourquoi la ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, présentait un trophée, ajoutant que c'était de moindre importance « parce qu'elle est sexy ».

Allan Reid, qui est aussi président de l'Académie canadienne des arts et des sciences de l'enregistrement, a affirmé que les Junos « n'appuyaient pas de quelconque façon ou n'avaient pas cautionné les remarques improvisées ».

Lundi, la ministre Joly a affirmé que ces blagues étaient inappropriées et qu'elles n'avaient pas leur place au gala des Junos.

La ministre du Patrimoine canadien Mélanie Joly sur le tapis rouge des Junos à OttawaAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La ministre du Patrimoine canadien Mélanie Joly sur le tapis rouge des Junos à Ottawa

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Russell Peters n'a pas répondu aux demandes de commentaires de La Presse canadienne, mais sur Twitter, il a « aimé » les commentaires de certains utilisateurs qui l'ont défendu.

« Le problème, maintenant, dans le monde, c'est que quand tu dis quelque chose que personne n'aime, tout le monde veut mettre fin à ta carrière », a écrit l'utilisateur LeafsOriginal6.

D'autres internautes l'ont plutôt vigoureusement critiqué. « Laissons-le [Russell Peters] rappeler aux jeunes filles qu'elles peuvent être des victimes d'agressions sexuelles à tout moment », a déploré l'utilisatrice Raging-Fem.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !