•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Où en sont les finances des partis municipaux à Montréal?

L'hôtel de ville de Montréal, en hiver
L'hôtel de ville de Montréal Photo: Radio-Canada / Charles Contant
Radio-Canada

À un peu plus de six mois des élections municipales, les partis municipaux à Montréal n'ont pas la même situation et les mêmes perspectives financières.

Équipe Denis Coderre pour Montréal, le parti du maire, a conclu l’exercice 2016 avec une dette de 236 200 $, soit environ 180 000 $ de moins que le solde de l’année précédente. Étant donné qu'il a près de trois fois plus de contributeurs que l’année précédente, il est permis de croire que ses finances continueront de s’améliorer en cette année électorale.

« La façon dont la configuration est faite, on ne peut pas dire : je rembourse toute ma dette. Il y a des événements et des façons de faire. On travaille toujours avec le DGEQ [Directeur général des élections], tout est public », a expliqué le maire Coderre en point de presse.

 

Du côté de Projet Montréal, les coffres n’ont jamais été aussi pleins, le parti déclarant un surplus de 226 348 $ en 2016, et ce, l'année où il s’est donné une nouvelle chef, Valérie Plante.

« Je tiens à mentionner qu’en général, une course à la chefferie, c’est difficile financièrement. Ça peut créer des dommages pour une organisation au niveau financier. Nous, c’est le contraire, ça a amené des membres et des ressources financières. Donc, je pense qu’on peut tourner la page sur M. [Richard] Bergeron et dire : ça va bien à Projet Montréal », affirme-t-elle. Rappelons que M. Bergeron, membre du comité exécutif, a rejoint le parti du maire Coderre l’an dernier, lui qui était à la tête de Projet Montréal lors du scrutin de 2013.

 

Les deux principaux partis comptent sur des actifs immobiliers et incorporels importants, respectivement de 78 845 $ pour Équipe Coderre et de 55 674 $ pour Projet Montréal, qui comptent aussi dans le bilan financier.

Coalition Montréal en grande difficulté

Si le parti Vrai Changement pour Montréal a réussi à conserver un modeste surplus, la situation est plus critique pour Coalition Montréal, dont la dette avoisine les 280 000 $, et qui recueille très peu de contributions. Son chef, Marvin Rotrand, a déjà indiqué que les membres devront décider si le parti présentera des candidats en novembre prochain.

Enfin, les partis doivent aussi faire attention à leurs sources de financement : ainsi, Projet Montréal a dû rembourser près de 1150 $ en contributions non conformes au DGEQ en 2016, tandis que l’Équipe Coderre lui a rendu 900 $.

 

Grand Montréal

Politique