•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec s'en remet à Pierre Lavoie pour faire bouger les jeunes

La politique vise à faire bouger les Québécois tout au long de leur vie.
Radio-Canada

À défaut d'ajouter des cours d'éducation physique aux niveaux primaire et secondaire, le gouvernement Couillard confie à Pierre Lavoie le mandat de faire bouger les élèves québécois une heure par jour.

Un texte de Louis Gagné

Le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, a procédé lundi au lancement de la Politique de l’activité physique, du sport et du loisir intitulée Au Québec, on bouge!.

Près de 64 millions seront investis au cours des trois prochaines années afin de mettre sur pied différentes mesures pour encourager la pratique de l’activité physique chez les Québécois de tous âges.

« Nous voulons donner à l’ensemble des Québécois le goût de bouger dès la petite enfance et tout au long de la vie, a déclaré le ministre Proulx. Le niveau et la fréquence de la pratique de l’activité physique de la population et des jeunes sont en baisse. Nous devons renverser cette tendance et en faire un enjeu de société. »

Le gouvernement souhaite que la proportion de la population qui s’adonne à des activités physiques durant ses temps libres augmente d’au moins 10 % d’ici 2027, et de 20 % chez les jeunes de 6 à 17 ans.

Partenariat

Pour atteindre cet objectif, Québec a notamment conclu un partenariat avec le Grand défi Pierre Lavoie afin d’introduire le programme des cubes énergies dans certaines écoles.

Les établissements pourront adhérer au programme Force 4 sur une base volontaire. Elles recevront du financement et de l’équipement afin de les aider à faire bouger leurs élèves 60 minutes par jour, notamment lors des périodes de récréation.

« On est intégré dans l’école. On va faire de la diffusion web, donc on va supporter l’école pour qu’elle puisse, dans sa journée, atteindre une heure par jour avec tous les élèves », a expliqué Pierre Lavoie.


La nouvelle Politique de l'activité physique, du sport et du loisir a été dévoilée au PEPS de l'Université Laval.La nouvelle Politique de l'activité physique, du sport et du loisir a été dévoilée au PEPS de l'Université Laval. Photo : Radio-Canada / Pascal Poinlane

Agir rapidement

Le ministre Sébastien Proulx a fait valoir que le partenariat avec le Grand défi Pierre Lavoie allait permettre d’augmenter la pratique de l’activité physique chez les jeunes sans modifier le cursus scolaire des élèves, une solution complexe qui aurait pris du temps selon lui.

« Il faut travailler avec le régime pédagogique si on veut changer les heures d’éducation physique et vous aurez compris que travailler avec le régime pédagogique, ce n’est pas simple et dans le contexte actuel, si on voulait dès maintenant aller de l’avant avec des mesures pour faire bouger les jeunes, il fallait travailler dans l’environnement de l’école », a-t-il dit.

Pierre et son groupe ont fait la démonstration qu’ils faisaient bouger des centaines de milliers de jeunes.

Sébastien Proulx, ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, ministre de la Famille

Le programme Force 4 fera également son entrée dans les services de garde éducatifs à l’enfance par l’intermédiaire de la tournée du « mini-cube énergie ».

Places limitées

La nouvelle mesure annoncée lundi ne pourra être offerte dans toutes les écoles du Québec. Cette année, seulement 450 écoles sur un peu plus de 2000 pourront être parrainées. D’ici trois ans, un peu plus de 1200 établissements pourraient offrir le programme Force 4.

Le partenariat avec le Grand défi Pierre Lavoie a été bien accueilli par le président de la Fédération des éducateurs et éducatrices physiques enseignants du Québec, Jean-Claude Drapeau. Il croit que l’organisme a les ressources pour amener les jeunes à bouger davantage.

« Il y a urgence de passer à l'action et pour nous, présentement, c'est une question de qui a les ressources, qui a la possibilité de favoriser le changement de la norme sociale, dans la société », a-t-il soutenu.

Avec les informations de Pascal Poinlane et Jean-Philippe Martin

64 millions de dollars pour faire bouger les jeunes

Activités sportives

Santé