•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus d’aide réclamée pour les autistes d’âge adulte

Xavier Rochette (à gauche) est atteint d'un trouble du spectre de l’autisme léger.

Xavier Rochette (à gauche) est atteint d'un trouble du spectre de l’autisme léger.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les ressources sont encore insuffisantes pour les autistes d'âge adulte. Des parents ont décidé de prendre les choses en main et d'ouvrir une première résidence spécialisée dans la région de Québec.

Charles Lapointe, 20 ans, est atteint d’un trouble grave du spectre de l’autisme. Sa mère, Marie-Josée Lapointe, dénonce le manque de ressources en hébergement dans le secteur public qui sont, selon elle, mal adaptées aux besoins des autistes.

« Tout est axé sur la sécurité et les installations sont faites pour les déficients intellectuels, mais les autistes peuvent être quand même autonomes si on les encadre bien », explique Mme Lapointe.

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Marie-Josée Lapointe dénonce le manque de ressources en hébergement pour les autistes d’âge adulte au Québec.

Photo : Radio-Canada

Avec d’autres parents, Marie-Josée Lapointe a décidé de fonder la première résidence spécialisée pour autistes de la région de Québec. L’Espace-Vie TSA, qui sera bâti au coût de 3,5 millions de dollars, devrait ouvrir ses portes d’ici 2019. Les instigateurs du projet souhaitent offrir des logements permanents aux autistes adultes afin de mieux les intégrer.

« Il leur faut un milieu adapté et apaisant avec des accompagnateurs. Ça demande une architecture particulière et un aménagement de l’espace qui répond à leurs besoins », ajoute Mme Lapointe.

Le groupe de parents en charge du projet espère obtenir une part de l’enveloppe de 29 millions de dollars annoncée en mars avec le nouveau Plan d’action sur l’autisme du gouvernement (Nouvelle fenêtre).

« Abandonnés après 21 ans »

Marc Rochette, qui est père d’un jeune de 25 ans qui vit avec un TSA léger, est porte-parole de La Passerelle, un organisme de transition pour les autistes adultes.

« À 21 ans, ils ont terminé leur parcours scolaire et c’est là que les ressources sont [nécessaires]. C’est important si on veut qu’ils conservent ce qu’ils ont appris à l’école », estime M. Rochette.

Au Québec, le trouble du spectre de l'autisme est croissant et touche environ 1 % de la population. Même si le plan d’action gouvernemental est bien accueilli par la directrice générale d’Autisme Québec, Lili Plourde, cette dernière croit qu'il faudrait faire plus.

« Cet argent-là va beaucoup nous aider, mais après 21 ans, les besoins sont criants. Il faudrait clairement plus d’argent », croit-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !