•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mazda exaspère un automobiliste de Trois-Rivières

La façade du concessionnaire Mazda Trois-Rivières.

La façade du concessionnaire Mazda Trois-Rivières.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Guy Leblanc, un automobiliste de Trois-Rivières, éprouve des problèmes à répétition avec son véhicule et se sent lésé par le concessionnaire Mazda. Le consommateur a acheté sa Mazda 3 en 2015 et depuis la batterie du véhicule se décharge malgré de nombreuses visites chez le concessionnaire.

Depuis que Guy Leblanc a acheté sa voiture il y a deux ans, la batterie s'est retrouvée à plat une douzaine de fois. Le mois dernier, il a dû faire appel à un service de redémarrage trois jours d'affilée.

« Je le faisais rouler une heure. Après ça, je partais faire ce que j'avais à faire et je revenais », raconte M. Leblanc. Mais le lendemain, « Bzzz! Plus de batterie ».

« Je suis retourné les voir chaque fois que ma batterie se vidait. »

— Une citation de  Guy Leblanc, propriétaire d'une Mazda 3 2015

Le propriétaire assure que la batterie de sa Mazda 3 tombe à plat après à peine cinq jours sans utilisation. Le problème se manifeste surtout en hiver.

Guy Leblanc ouvre le capot de sa Mazda 3.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Guy Leblanc ouvre le capot de sa Mazda 3.

Photo : Radio-Canada

À qui la faute?

Le problème persiste même depuis que le concessionnaire a changé la batterie du véhicule, il y a un an.

Maintenant, Guy Leblanc déplore que le concessionnaire jette la faute sur lui, en invoquant qu'il ne fait pas rouler son véhicule suffisamment pour que la batterie retrouve sa charge.

« La dernière proposition que Mazda m'a faite, c'est d'installer une petite batterie de secours sur ma batterie même. »

— Une citation de  Guy Leblanc, propriétaire d'une Mazda 3 2015

« J'ai dit à Mazda : "Je suis prêt à l'installer, au point où je suis rendu, je n'ai rien à perdre, raconte Guy Leblanc. Mais j'ai dit que je n'étais pas prêt à payer pour ça. La voiture est neuve! Je l'ai achetée neuve." Mazda se dit : "Non, non, je n'ai pas à payer pour ça. C'est toi qui fais une mauvaise utilisation de ta voiture." »

La batterie de la Mazda 3 de Guy Leblanc.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La batterie de la Mazda 3 de Guy Leblanc.

Photo : Radio-Canada

Une plainte fréquente

Guy Leblanc dit rouler environ 30 kilomètres par jour. Une utilisation qui devrait être suffisante pour que la voiture démarre, selon le président l'association de protection des automobilistes.

« C'est un vieux prétexte celui-là. On le connait. On le voit dans diverses situations. On dit que le problème est entre le siège et le volant. C'est le conducteur qu'on culpabilise. »

— Une citation de  Georges Iny, président de l'Association pour la protection des automobilistes

« Le problème, c'est que les constructeurs ne reconnaissent pas les garanties au Québec, qui permettent d'échanger un bien défectueux ou qui ne convient pas aux besoins du propriétaire », affirme le président de l'Association pour la protection des automobilistes, Georges Iny.

Guy Leblanc, de son côté, estime qu'il est anormal qu'il doive faire face à tant de problèmes.

« Il faut que j'aille me battre encore pour quelque chose pour quoi je ne voulais pas au début me battre du tout, explique M. Leblanc. C'est pour ça que j'ai acheté un char neuf. »

« J'aurais pu acheter un char seconde main, mais je me suis dit que j'allais aller directement dans le neuf : je n'aurais pas de trouble. »

— Une citation de  Guy Leblanc, propriétaire d'une Mazda 3 2015

Mazda persiste et signe

Le directeur des opérations de Mazda Trois-Rivières, Rénald Pépin, persiste et signe : l'utilisation que fait Guy Leblanc de son véhicule, n'est pas suffisante pour assurer la recharge complète de la batterie.

Le concessionnaire souligne que les propriétaires qui font une utilisation normale de leur véhicule devraient parcourir 20 000 km par an. Guy Leblanc n'a parcouru que 12 600 km, en deux ans.

Selon un reportage de Camille Carpentier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !