•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Autisme : des centaines de personnes marchent à Moncton pour soutenir leurs proches

Une foule marche sur le trottoir
Environ 700 personnes ont participé à la marche de sensibilisation à l'autisme à Moncton, selon les organisateurs. Photo: Radio-Canada / Anaïs Brasier
Radio-Canada

Des centaines de personnes ont défilé à Moncton, au Nouveau-Brunswick, samedi, pour sensibiliser la population aux troubles de l'autisme.

Environ 700 personnes se sont rassemblées au point de départ, le Centre Wesleyan, estime le Centre de ressource sur l'autisme, organisateur de la marche. Les gens ont marché ensemble pour soutenir leurs proches atteints de l'autisme et partager leur expérience.

« William est autiste, donc c'est vraiment important. C'est notre communauté, vraiment. On a rencontré beaucoup de ces personnes là au centre Hébert pour la thérapie de William. C'est notre communauté, c'est important de [s’appuyer », affirme Guillaume Thibault, père d’un enfant autiste.

L'objectif était de sensibiliser la population à la réalité de l'autisme. Du travail est nécessaire, selon des intervenants, pour une meilleure acceptation au sein de la société.

« C'est important parce que je veux que tout le monde est accepté, puis que tout le monde est différent », indique Ryan Hébert, un jeune autiste.

Des centaines de personnes vêtues de gilets bleus marchent ensembleLes gens se sont rassemblés au Centre Wesleyan pour entreprendre la marche. Photo : Radio-Canada / Sophie Désautels

« Ce serait effectivement très important que les gens puissent apprendre à mieux connaître ce qu'est l'autisme et ce que représentent les autistes dans notre société afin qu'on puisse mieux les intégrer dans notre société », souligne Simon LeBlanc, un jeune autiste.

C'est important aussi pour s'accepter soi-même, explique Corinne Godbout, mère de Simon LeBlanc. « On vient un moment où on essaie de se retrouver dans notre autisme, si on veut. On est quand même fier de qui on est. On a des forces d'acquis, puis des choses qu'on aime développer, mais on n'est pas certain si on veut afficher encore notre différence. »

Les services offerts aux personnes autistes se sont améliorés depuis quelques années, ajoute Corinne Godbout. « On a vu les services évoluer dans le sens qu'on a eu accès à plus de gens qui sont formés, qui sont connaissants dans le domaine. Ca fait qu’on a vu une évolution, une ouverture dans les systèmes scolaires, les systèmes de santé », dit-elle.

Mais le travail est loin d'être terminé, selon Angèle Belliveau, mère d’un garçon autiste. « Une chose qu'on ressent quand on est parent d'enfant à besoins spéciaux, c'est qu'on est un peu sur une île. On se sent très isolés. C'est difficile de trouver des services de garde, de communiquer à nos familles, ce qu'on vit. »

Le Collège communautaire du Nouveau-Brunswick et l'Université du Nouveau-Brunswick soulignent aussi la Journée mondiale de sensibilisation à l'autisme. Ils ont annoncé vendredi un nouveau programme de formation en intervention auprès des personnes autistes. La théorie sera offerte en ligne, en français ou en anglais, et sera suivie d'un stage pratique.

D'après le reportage d’Anaïs Brasier

Nouveau-Brunswick

Santé mentale