•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les possibles du féminisme

Léa Clermont-Dion

Léa Clermont-Dion

Photo : Radio-Canada / Les éditions du remue-ménage

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Quel livre d'ici aimeriez-vous offrir à ceux qui nous dirigent?
Découvrez Les incontournables 2017.

Le choix de : Léa Clermont-Dion, essayiste, scénariste
Titre : Les possibles du féminisme
Auteure : Diane Lamoureux
Éditeur : Édition du remue-ménage, 2016

POURQUOI RECOMMANDEZ-VOUS CE LIVRE À CEUX QUI NOUS DIRIGENT?

Léa Clermont-Dion : « Les possibles du féminisme » de Diane Lamoureux

Pour libérer les femmes, il faut d’abord comprendre pourquoi elles sont opprimées. L’auteure offre une analyse substantielle de l’oppression sociale, des dynamiques du système social et des rapports sociaux de sexe. Toute personne impliquée dans le processus démocratique devrait se familiariser avec ces questions importantes. Pour comprendre notre passé, notre présent et notre futur, ce livre est un incontournable pour toutes et tous.

Une citation de : Léa Clermont-Dion

RÉSUMÉ

Afin d’établir sa légitimité, le féminisme a d’abord postulé que toutes les femmes étaient liées par une oppression commune. Si le constat reste exact, l’universalisme féminin mène à une impasse. Ne faudrait-il pas plutôt construire des solidarités qui n’obligent pas certaines à sacrifier leurs enjeux sur l’autel de l’unité? Néolibéralisme, liberté, justice sociale, défense des droits ou rapport à l’État, les réflexions courageuses de Diane Lamoureux abordent de front les questions qui animent le féminisme des dernières décennies et qui traversent la pensée politique au Québec. En cherchant à cerner les conditions de radicalité du féminisme, elle rompt une fois de plus avec la tentation du conformisme. L’unisson n’est ni possible ni souhaitable. Le féminisme ne fait pas mouvement : il est mouvement.

EXTRAIT

Dans un tel contexte, il me semble important de rappeler que le féminisme est essentiellement un parcours de liberté. Lutte contre les différentes formes d’assujettissement, promotion de l’autonomie individuelle et collective des femmes, dénonciation des injustices, revendication de droits, le féminisme ne peut se contenter de faire inclure des femmes au sein des élites et constitue, aujourd’hui comme hier, un projet révolutionnaire. Rien de ce qui concerne le vivre-ensemble des êtres humains ne lui est étranger.

 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !