•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les bénévoles, une ressource précieuse pour la popote roulante de Rouyn-Noranda

Le bénévole de la popote roulante de Rouyn-Noranda, Ghislain Gagnon.
Le bénévole de la popote roulante de Rouyn-Noranda, Ghislain Gagnon. Photo: Radio-Canada / Boualem Hadjouti
Radio-Canada


C'est la Semaine québécoise des popotes roulantes et, à Rouyn-Noranda, c'est le Centre de bénévolat qui a pris le service en main depuis 1998. Une dizaine de bénévoles assurent la continuité du service, mais il y a toujours une demande pour une plus grande implication de la population.

Un reportage de Boualem HadjoutiTwitterCourriel 

L'organisme livre en moyenne 11 000 repas par année, préparés à l'hôpital de Rouyn-Noranda, à des gens en perte d'autonomie.

Gilles Godbout fait du bénévolat pour la popote roulante 5 jours par semaine, depuis 7 ans. « Ça part bien une journée, tous les jours c'est ma routine, c'est un très bon passe-temps », raconte-t-il.

Au-delà du passe-temps, c'est le contact humain qui intéresse Gilles Godbout. « Pour plusieurs personnes, c'est peut-être la seule visite de la journée, donc ils nous attendent. Ils sont heureux de nous voir, et nous aussi », témoigne-t-il.

Gilles Godbout, bénévole de la popote roulante de Rouyn-Noranda, depuis depuis 7 ans.Gilles Godbout, bénévole de la popote roulante de Rouyn-Noranda, depuis depuis 7 ans. Photo : Radio-Canada / Boualem Hadjouti

Beaucoup plus qu'un repas

La chef des services alimentaires du CISSS de l'Abitibi-Témiscamingue, Martine St-Louis, affirme que le service permet de maintenir des gens à domicile tout en s'assurant qu'ils mangent au moins un repas équilibré chaque jour. « Ce n'est pas tout le monde qui est encore en mesure de cuisiner chez eux, mais [malgré tout] ils sont peut-être aptes à rester chez eux », mentionne-t-elle.

Il y a beaucoup de gens qui sont admissibles, ils pourraient recevoir le service, mais ils ne savent pas que ça existe.

Renée Carufel, responsable de la popote roulante de Rouyn-Noranda

Pour la responsable de la popote roulante, Renée Carufel, le service permet aussi de s'assurer que les gens sont en sécurité chez eux. « Les bénévoles voient les personnes sur une base régulière et, lorsqu'ils se rendent compte d'un changement chez la personne, ils peuvent le détecter ».

Chaque mois, 60 personnes en moyenne bénéficient d'un repas, cinq jours par semaine. La popote roulante a cependant toujours besoin de bénévoles pour assurer la continuité du service. « C'est ma façon de socialiser. Les gens sont contents de nous voir », croit le bénévole Ghislain Gagnon.

Abitibi–Témiscamingue

Société