•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Télésérie historique de CBC : des excuses exigées en Acadie

L'affiche de Canada: The Story of Us

La télésérie historique de CBC provoque un tollé en Acadie.

Photo : CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des membres du gouvernement néo-brunswickois et des historiens notamment ont exprimé leur mécontentement par rapport à l'exclusion de l'Acadie de la télésérie historique de CBC, Canada : The Story of Us (« Canada : notre histoire »).

Le chef du Parti vert, David Coon, demande au ministre provincial du Tourisme de solliciter une rencontre avec le PDG de CBC/Radio-Canada et le gouvernement fédéral pour parler de cet enjeu.

À l'Assemblée législative, David Coon a déploré jeudi qu’il n’y ait qu’une mention superficielle des peuples autochtones dans cette télésérie. Il s'est aussi élevé contre le fait que la série situe la première colonie du Canada à Québec.

« Tous les Néo-Brunswickois savent que la première habitation européenne a été construite sur l’île de Sainte-Croix, au large de Bayside [au N.-B.]. »

— Une citation de  David Coon, chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick

Il a ajouté que cet établissement devait être considéré comme l'acte fondateur de l’Acadie et le premier établissement francophone en Amérique du Nord.

Le député a déclaré que CBC se doit de mieux refléter la province auprès de tous les Canadiens.

De son côté, Margaret Conrad, professeure émérite à l’Université du Nouveau-Brunswick et spécialiste de l’histoire du Canada atlantique, approuve les propos de David Coon. Selon elle, l’histoire de la télésérie aurait dû commencer avec les peuples autochtones.

Le ministre de l’Environnement et des Gouvernements locaux, Serge Rousselle, a quant à lui déclaré qu’il ne fait aucun doute, à son avis, que la première partie de cette télésérie aurait dû inclure les provinces atlantiques, l’Acadie, l’île de Sainte-Croix et Port-Royal.

Il aussi signalé qu’une lettre a été envoyée à CBC au nom du gouvernement provincial. « Je me demande si ce n’est pas symptomatique que les réseaux nationaux de CBC et de Radio-Canada oublient souvent cette partie du pays », a poursuivi Serge Rousselle.

La SNA demande des excuses

La Société nationale de l’Acadie (SNA) demande elle aussi à CBC d’offrir des excuses publiques au peuple acadien à la suite de la diffusion de la télésérie.

« Il est inacceptable que notre diffuseur public ait choisi d’ignorer le rôle que l’établissement de Port-Royal a joué dans l’histoire du Canada, a déclaré Xavier Lord-Giroux, président par intérim de la SNA, par voie de communiqué. Cette erreur banalise l’importance de l’Acadie dans l’histoire du Canada; des excuses publiques et une correction des faits s’imposent. »

« L’histoire de l’Acadie n’est pas un passage insignifiant dans l’histoire de notre pays. Il est important de transmettre les faits historiques reconnus, sans oublier le rôle qu’a joué le peuple micmac dans l’établissement de la colonie. »

— Une citation de  Xavier Lord-Giroux, président par intérim de la SNA

La SNA se dit préoccupée par l’utilisation de cette série comme outil pédagogique pour les élèves du pays et pour les touristes dans les musées et centres d’interprétation.

Port-RoyalAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le lieu historique national de Port-Royal en Nouvelle-Écosse

Photo : Radio-Canada

Une mauvaise représentation

Margaret Conrad soutient que cette télésérie ne représente pas bien la province. Elle a elle-même arrêté de regarder la série en cours de route.

Selon elle, la télésérie est trop centrée sur l'Europe et déforme la réalité. L’historienne tient à rappeler l’importance des pêches pour l’économie de la France de l’époque. Cette activité a amené, rappelle-t-elle, plus de colons en Amérique du Nord que la fourrure. « C’est un peu une fausse idée que le Canada n’a été fondé que sur le dos des castors, cela s’est aussi fondé sur le dos des morues. »

« C’est regrettable de ne pas inclure toutes les parties du Canada lorsqu’on essaie de raconter l’histoire d’une nation. »

— Une citation de  Margaret Conrad, historienne

Margaret Conrad fait remarquer que, la plupart du temps, les historiens se concentrent essentiellement sur l’histoire du Québec et de l’Ontario. Selon l’historienne, il serait peut-être temps que le Canada atlantique commence à raconter sa propre histoire.

Un buste de Champlain et le texte en plan rapprochéAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Ce buste de Samuel de Champlain est érigé à Port-Royal en Nouvelle-Écosse.

Photo : Radio-Canada / Sabrina Fabian

CBC répond

« C’est encourageant de voir que les Canadiens se sentent passionnés par notre histoire. Cette passion se reflète dans nos différentes perspectives », a déclaré une porte-parole de CBC, Emma Bédard.

Dans son communiqué, elle indique que le Canada a une histoire très riche qui ne peut pas se résumer en 10 épisodes.

« Cette série n’est pas censée être une histoire linéaire du Canada. Elle met en exergue certaines histoires, personnages et quelques événements qui ont aidé à bâtir notre nation. Tous les scénarios et la recherche ont été appuyés par des historiens éminents et des consultants qui ont travaillé avec Bristow Global Media, les producteurs de la série. »

« Les prochains épisodes de la série feront plus de place à l’histoire du Canada atlantique », assure la porte-parole. Elle cite William Hazen, Samuel Cunrad, Frederick Gisborne ou encore Viola Desmond, qui seront mentionnés dans les prochains épisodes de la série.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !