•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Victime de la modernité, le martinet ramoneur disparaît du Manitoba

Le retour des martinets ramoneurs à leur cheminée de prédilection en fin de journée est devenu un spectacle rarissime au Manitoba.

Le retour des martinets ramoneurs à leur cheminée de prédilection en fin de journée est devenu un spectacle rarissime au Manitoba.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Seule espèce de sa famille au Manitoba, le martinet ramoneur a presque disparu de la province des Prairies en raison de la modernité, selon un ornithologue.

La population manitobaine de martinets ramoneurs est en chute libre. Au cours des 10 dernières années, seulement 125 de ces oiseaux ont été aperçus.

En réaction au déboisement ayant accompagné la colonisation du sud du Manitoba, l’oiseau, qui s’apparente à l’hirondelle, avait modifié son habitat en nichant dans les cheminées plutôt que dans les troncs d’arbre creux.

« C’est en raison de leurs pattes, explique l’ornithologue Christian Artuso. Ils ne peuvent pas se poser sur une branche, et donc, ils s’attachent plutôt à des surfaces verticales. »

Cependant, avec la diminution du nombre de cheminées et l’utilisation de matériaux plus modernes, dont les métaux et d’autres matières lisses, les martinets ne peuvent plus s’accrocher aux matériaux de construction. De plus, bien des propriétaires résidentiels recouvrent ou ferment à présent leurs cheminées.

« Le problème, c’est qu’ils sont encore en train de perdre leurs habitats », déplore M. Artuso.

Le  martinet ramoneur

Le martinet ramoneur

Photo : Bruce Di Labio

En outre, le martinet ramoneur est capable de manger environ 1000 moustiques et autres insectes volants par jour, mais le petit insectivore se fait de plus en plus rare en raison de l’utilisation des pesticides.

« Si on perd ces insectivores-là, ça coûtera cher aux autres animaux et aux plantes », souligne M. Artuso, qui est également directeur des programmes de la division manitobaine de l’organisme Études d’oiseaux Canada.

Des initiatives de sauvetage

« Il y a à peu près 10 ans, nous avons essayé de construire des cheminées artificielles pour eux, mais nous avons constaté qu’elles ne fonctionnent pas aussi bien que les cheminées rattachées à un bâtiment », raconte l’ornithologue manitobain.

On impute cet échec au climat plutôt nordique du Manitoba. C’est que les vraies cheminées transmettent une certaine chaleur.

Christian Artuso, ornithologue

Depuis, une centaine de bénévoles d’Études d’oiseaux Canada ont lancé des initiatives pour contacter les propriétaires de maisons avec cheminées traditionnelles dans le sud du Manitoba pour s'assurer qu’ils les gardent ouvertes.

Les bénévoles surveillent aussi ces cheminées ainsi que d’autres habitats où des martinets ramoneurs ont déjà été observés.

Manitoba

Animaux