•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Traverser le Québec pour approvisionner en viande 125 familles

Propriétaire de la Ferme Le Beaulieu de Baie-des-Sables Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Un couple de producteurs agroalimentaires de Baie-des-Sables, en Matanie, a développé un modèle d'affaires plutôt original. Depuis 12 ans, les propriétaires de la ferme Le Beaulieu distribuent des paniers remplis de viande à une centaine de familles éparpillées entre la Gaspésie et Montréal.

Un texte de Joane Bérubé d'après le reportage de Léa Beauchesne

Pour offrir un produit diversifié, Lise Beaulieu et Caroll Malenfant élèvent une centaine de brebis, entre quatre et six truies gestantes et une demi-douzaine de vaches laitières qui allaitent leurs veaux. « Quand on n'a pas un produit, on s'arrange pour aller le chercher dans un élevage semblable au nôtre », ajoute Lise Beaulieu.

Les deux agriculteurs font partie des pionniers de la distribution de paniers de viande au Québec. « Quand on a commencé les paniers, on vendait selon l'arrivage. On avait 12 porcs. On appelait les gens. Des fois ils en avaient besoin, des fois, ils n’en avaient pas besoin », raconte Carol Malenfant.

La formule des paniers de viande a été inspirée de celle des paniers de légumes. « Je me suis dit, poursuit l’éleveur, que ce serait une bonne idée de proposer à nos gens qu'ils nous disent dans l'année de quoi ils avaient besoin, ce qui fait que, nous, on sait d'avance ce qu'on a besoin. »

Ferme Le Beaulieu de Baie-des-SablesFerme Le Beaulieu de Baie-des-Sables Photo : Radio-Canada

Leurs animaux sont soignés loin des grandes tendances commerciales. Dès que le temps le permet, les animaux vont au pâturage. « On est toujours en train de prendre soin d’eux, explique la copropriétaire, on leur fait des clôtures, on leur fait des fourrages, on leur fait des céréales, on les récure. »

C'est l'histoire d'une vie bâtir une ferme, fait qu'il faut aimer ça!

Lise Beaulieu, copropriétaire de la ferme Le Beaulieu
Ferme Le Beaulieu de Baie-des-SablesFerme Le Beaulieu de Baie-des-Sables Photo : Radio-Canada

La viande de la ferme Le Beaulieu n’est pas disponible dans les marchés, seuls ses clients la reçoivent.

Il y a des gens qui pensent que le circuit court, c'est qu'on est proche de la ferme. Ce n’est pas ça. Le circuit court, c'est directement au consommateur.

Caroll Malenfant, copropriétaire de la ferme Le Beaulieu
Caroll Malenfant de la ferme Le Beaulieu de Baie-des-SablesCaroll Malenfant de la ferme Le Beaulieu de Baie-des-Sables Photo : Radio-Canada

Le choix de vendre selon un circuit « court » de commercialisation s’est avéré gagnant sous plusieurs aspects.

« Le coût de mise en marché est partagé avec nos clients donc ça nous fait un meilleur revenu, fait valoir Caroll Malenfant, et ça nous permet d'avoir une ferme un peu plus petite, mais ça permet au client aussi de se prémunir contre les augmentations de prix. »

L'agriculteur conclut en soulignant que ce mode de vente lui a permis de faire un travail qu’il aimait, tout en créant des liens avec des gens qui ont besoin de ses produits et qui les apprécient.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Agro-industrie