•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une taxe sur les propriétés vacantes à Toronto?

Photo d'une affiche « vendue » devant une maison à Toronto

Symbole de la flambée des prix à Toronto : cette petite maison jumelée de l'est de la ville s'est vendue 1,1 million de dollars plus tôt ce mois-ci.

Photo : Radio-Canada / Michel Bolduc

Radio-Canada

Le maire de Toronto, John Tory, dit que la Ville pourrait imposer une taxe comme à Vancouver (Nouvelle fenêtre) sur les logis laissés vides, à la suite de sa table ronde sur l'habitation réunissant jeudi des professionnels de l'industrie immobilière et des banques.

Un texte de Lyne-Françoise Pelletier

Des données préliminaires indiquent que Toronto compte près de 65 000 propriétés vacantes.

Le maire veut savoir quel est l'impact de cette situation sur le marché immobilier de la métropole. Les prix de vente des maisons ont tendance à augmenter plus rapidement, selon lui, lorsque l'offre est limitée, comme c'est le cas actuellement.

Certains investisseurs achètent des propriétés simplement pour les revendre ultérieurement à un prix plus élevé, souligne M. Tory.

Ces investisseurs n'ont même pas besoin de louer leurs propriétés pour faire de l'argent.

John Tory, maire de Toronto

Selon le maire Tory, les biens immobiliers devraient être des habitations dans lesquelles vivent les gens. Il songe donc à imposer une taxe sur les propriétés vacantes, comme l'a fait la ville de Vancouver.

L’exemple de Vancouver

Vancouver impose depuis le 1er janvier une surtaxe de 1 % sur la valeur attribuée à la propriété vacante et non sa valeur marchande :

  • Par exemple, le propriétaire d'une maison vacante évaluée à 1 million de dollars paierait 10 000 $ par année en sus de l'impôt foncier et de tous les autres frais municipaux.
  • Cette surcharge s'applique aux propriétés qui ne sont pas des résidences principales ou qui n'ont pas été louées au cours des 6 derniers mois.

Le conseil municipal de Vancouver estime que cette mesure persuadera plus de propriétaires à louer leur propriété. Vancouver compte par ailleurs réinvestir les revenus générés par cette taxe dans le logement abordable.

Autres mesures

D'autres mesures pour alléger la crise du logement à Toronto ont été discutées lors de la table ronde du maire John Tory. Parmi celles-ci :

  • Améliorer le processus municipal d'approbation des permis de construction.
  • Attirer des investissements privés tels que des fonds de pension pour construire des immeubles locatifs.
  • Augmenter l'offre de logements en formant des partenariats avec les deux autres ordres de gouvernement.

Le maire de Toronto est heureux de voir la contribution du fédéral dans l'habitation. Il espère que la province suivra cet exemple. Le ministre des Finances de l'Ontario, Charles Sousa, affirme que son gouvernement se penche sérieusement sur le dossier de la hausse fulgurante du prix des maisons dans la région métropolitaine.

« Nous savons que la demande est forte et que l'offre est limitée. Et les propriétaires de logements vacants doivent payer leur juste part », a dit M. Sousa.

Le ministre a ajouté que le prochain budget provincial inclurait des mesures relativement au logement abordable.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Immobilier