•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une centaine de citoyens décideront de l'avenir du cimetière musulman

Le seul cimetière musulman au Québec est situé à Laval.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Une centaine de citoyens de Saint-Apollinaire pourraient déterminer le sort du cimetière musulman. Si le projet devait faire l'objet d'un référendum, seuls les résidents qui demeurent à proximité du site choisi seraient appelés à voter.

Un texte de Marc-Antoine Lavoie

De nombreuses personnes présentes à la consultation publique, mercredi soir, ont contesté la pertinence d’un référendum, si une minorité de la population peut se prononcer sur le projet.

Le terrain ciblé par le Centre culturel islamique de Québec (CCIQ) est situé aux abords de l’autoroute 20, dans une zone industrielle. Sur la centaine d'adresses répertoriées dans le secteur directement concerné par la modification au règlement de zonage, on ne retrouve que 17 résidences.

J’ai bien hâte de voir combien de chevreuils vont voter pour le référendum.

citoyenne de Saint-Apollinaire

« Nous, quand on l'a su que c'était seulement les zones concernées qui allaient être impliqués, nous étions même déçus. J'aurais aimé avoir le droit d'ouvrir un registre à la population entière », a expliqué le maire Bernard Ouellet. La population de Saint-Apollinaire compte un peu plus de 6000 habitants.

Le terrain où sera établi le cimetière musulman est situé derrière le Centre de crémation de l'entreprise Harmonia à Saint-Apollinaire.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le terrain où sera établi le cimetière musulman est situé derrière le Centre de crémation de l'entreprise Harmonia à Saint-Apollinaire.

Photo : Radio-Canada

Le zonage actuel du terrain appartenant à l’entreprise funéraire Harmonia doit être modifié, puisqu’il permet seulement l'enfouissement d'urnes funéraires, mais pas l'inhumation de corps.

Le 18 avril prochain, un avis public sera publié à Saint-Apollinaire. Les résidents concernés auront huit jours pour demander la tenue d’un référendum.

Transaction conditionnelle

Le 19 février dernier, la communauté musulmane s'est prononcée en faveur de l'acquisition de ce terrain pour un montant de 215 000 $. La transaction est conditionnelle à ce que le la modification au règlement de zonage soit acceptée par la municipalité.

Pour le promoteur et propriétaire d’Harmonia, l’acceptabilité sociale du projet est essentielle. Sylvain Roy explique qu'à titre de promoteur, son entreprise aurait pu demander un changement d'usage pour le cimetière existant, et conclure par la suite une transaction avec la communauté musulmane.

On aurait évité le lourd débat qui est en cours depuis quelque temps. Mais on l'a toujours dit, on voulait avoir l'approbation sociale.

Sylvain Roy, propriétaire de l'entreprise funéraire Harmonia
Environ une centaine de personnes participent à la consultation publique sur l'aménagement d'un cimetière musulman à Saint-Apollinaire.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Environ une centaine de personnes participent à la consultation publique sur l'aménagement d'un cimetière musulman à Saint-Apollinaire.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Malgré les craintes exprimées par certains, la majorité des citoyens présents à la consultation publique semblaient favorables au projet de cimetière musulman.

« J’ai senti beaucoup d'appuis de mes citoyens. Naturellement, on en a entendu quelques-uns qui étaient un peu contre, pour certaines raisons que je respecte. Moi, ce que j'ai vu ce soir me confirme que ma population est derrière moi. Saint-Apollinaire est prêt à accueillir le cimetière musulman », s’est réjoui le maire Bernard Ouellet.

Même son de cloche du côté du CCIQ. « En général les gens étaient très favorables et même ceux qui avaient des craintes, je ne dirais pas qu'ils étaient contre le projet, mais ils se posaient certaines questions qui demandaient des réponses, c'est tout », a ajouté le responsable du projet de cimetière musulman, Mohamed Kesri.

En plus de la modification au zonage, le projet doit obtenir une autorisation du ministère de l'Environnement afin de s'assurer qu'il répond aux normes de protection des nappes phréatiques. Le promoteur Sylvain Roy espère concrétiser le projet cet été.

Québec

Société