•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Brad Wall ira à Washington faire l’éloge de la Saskatchewan

Le premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall.

Le premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall.

Photo : Radio-Canada / ICI Radio-Canada

Radio-Canada

Le premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall, se rendra dans la capitale américaine du 3 au 6 avril pour rappeler l'importance des échanges commerciaux entre la province et les États-Unis en plus de souligner l'importance de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA).

« La Saskatchewan est une province qui dépend des échanges commerciaux, explique-t-il. Nous devons faire tout notre possible pour que nos exportateurs aient accès au marché américain. Avec la nouvelle administration à Washington, il est vital de rappeler la valeur du libre-échange et les dangers associés au protectionnisme. »

Brad Wall rencontrera le secrétaire à l'Énergie, Rick Perry, et le secrétaire au Commerce, responsable de la renégociation de l'Accord de libre-échange nord-américain, Wilbur Ross.

Il doit également s'entretenir avec le directeur de l'Agence de protection de l'environnement des États-Unis, Scott Pruitt. Il estime que cette dernière rencontre est primordiale parce que les États-Unis ont déjà démontré leur intérêt pour le stockage et le captage de carbone, une technologie en place à l'usine Boundary Dam, dans le sud de la province.

D’autres rencontres devraient avoir lieu avec des sénateurs ainsi que des membres de la Chambre des représentants. Brad Wall participera également à une table ronde sur le commerce.

« J’ai hâte de discuter des avantages de la Saskatchewan, souligne-t-il par voie de communiqué. Nous avons beaucoup à offrir dans le secteur de l’énergie, notamment, et la province est un endroit accueillant pour des investissements. »

Plusieurs dossiers à l’ordre du jour

Le premier ministre indique que, outre l’ALENA et les technologies de stockage et de captage de carbone, des discussions devraient porter sur le bois d’oeuvre et la construction de pipelines. Il fait valoir que si le protectionnisme américain demeure en vigueur, la compagnie saskatchewanaise Evraz ne pourra pas obtenir de contrat pour la construction d’oléoducs dans le cadre du projet Keystone XL, ce qui ferait mal à l’économie de la province déjà mal en point.

Il a rappelé ce matin qu’environ 50 % des exportations de la Saskatchewan vont aux États-Unis, ce qui équivaut à 12,9 milliards de dollars canadiens en 2016. Quant aux importations américaines, elles s’élèvent à 83 % des importations de la province en 2016.

Il n'y a pas de rencontre prévue avec le président Donald Trump.

Saskatchewan

Politique provinciale