•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
chronique

Un réaménagement du parc Jean-Drapeau sans consultation ni vision d'ensemble

Le projet d'amphithéâtre extérieur au parc Jean-Drapeau
Le projet d'amphithéâtre extérieur au parc Jean-Drapeau Photo: Société du parc Jean-Drapeau
Marc-André Carignan

BILLET - Imaginons un instant que la Ville de Montréal autorise, demain matin, l'abattage de 1000 arbres sur le mont Royal pour élargir les sentiers et aménager un immense amphithéâtre à la demande d'un promoteur privé.

Une controverse éclate, des groupes environnementaux montent aux barricades et le maire doit gérer une crise à l’hôtel de ville. La réaction est prévisible.

Curieusement, un scénario similaire est en train de se produire dans une indifférence quasi généralisée au parc Jean-Drapeau, considéré comme un patrimoine écologique d’une valeur inestimable pour la métropole.

Des pelles mécaniques s’affairent en ce moment à abattre 1061 arbres pour un réaménagement majeur du site découlant du 375e anniversaire de Montréal. Un chantier qui vise à mettre en place un village événementiel, à dégager les vues sur la ville et à créer un amphithéâtre extérieur pouvant accueillir 65 000 visiteurs, à la demande du promoteur evenko.

Le projet de village événementiel au parc Jean-DrapeauLe projet de village événementiel au parc Jean-Drapeau Photo : Société du parc Jean-Drapeau

Aux yeux de la Société du parc Jean-Drapeau (SPJD), 71 % des arbres visés « ont une valeur de conservation faible », notamment parce qu’ils sont âgés au maximum d’un quart de siècle.

« C’est un raccourci assez gros de dire que ces arbres ont une faible valeur, déplore Emmanuel Rondia, responsable des dossiers touchant les milieux naturels au Conseil régional de l’environnement de Montréal. Pour ce qui est de la canopée, de la captation de poussière, de la purification de l’air et de la gestion des eaux pluviales, il y a là un rôle non négligeable pour l’écosystème en place. »

M. Rondia ajoute que, même si le parc Jean-Drapeau prévoit en replanter un nombre équivalent d’ici cinq ans, « c’est un pas en arrière », puisqu'il faudra de nombreuses années, voire une ou deux décennies, avant de retrouver les bénéfices actuels de ces arbres pour l’environnement.

Et il a raison. Ce geste est en contradiction flagrante avec un objectif de la Ville datant de 2012, qui vise à faire passer de 20 à 25 % l'indice de canopée montréalais d’ici 2025, soit l'équivalent de 65 fois le parc La Fontaine.

Or, cette canopée est déjà menacée de recul à l’heure actuelle, notamment en raison des pressions immobilières et de l’infestation de l’agrile du frêne. L’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) le soulignait d’ailleurs dans son récent rapport sur la Stratégie Centre-Ville.

Dans ce contexte, la SPJD ne devrait pas se contenter de remplacer les arbres retirés, mais devrait plutôt être solidaire quant aux objectifs municipaux en s’engageant à augmenter la canopée de façon significative au cours de travaux d’importance.

Le plus abracadabrant dans cette histoire, au-delà de l’argument environnemental, est que cet abattage d’arbres - et, par extension, ce vaste plan de réaménagement de 73,4 millions de dollars - a été approuvé sans consultation publique ni vision d’ensemble pour l’avenir de ce milieu naturel.

En fait, aussi ironique que cela puisse paraître, la SPJD planche en ce moment sur un nouveau plan directeur - le dernier datant de 1993 - qui, lui, sera soumis à des consultations cet automne… en plein milieu de la métamorphose qui s’opère sur l’île Sainte-Hélène à coups de dizaines de millions de dollars!

« [Le futur plan] redéfinira la mission, la vision, les valeurs et les grandes orientations du parc, me confirme Geneviève Boyer, chef aux communications de la SPJD. C’est ce qui va nous permettre d’avoir des bases solides pour les projets des prochaines années. »

Justement, pourquoi s’être engagé dans un vaste chantier sans attendre cette vision d’ensemble et, surtout, sans avoir obtenu l’aval du public?

Programme politique? Pression du 375e? Allez savoir.

Chroniques de Marc-André Carignan  

Grand Montréal

Société