•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

SRB : pas de favoritisme envers Québec, assure le RTC

Une représentation du SRB

La construction de la première phase du SRB doit débuter en 2019.

Photo : Ville de Québec

Radio-Canada

Le président du Réseau de transport de la capitale (RTC), Rémy Normand, confirme que le montant de 56 millions de dollars qui a été alloué au projet de service rapide par bus (SRB) dans le budget provincial sera dépensé sur la rive nord. Il affirme toutefois qu'il ne faut pas y voir une quelconque marque de favoritisme envers Québec au détriment de Lévis.

Un texte de Louis Gagné

M. Normand a expliqué mercredi que certains tronçons situés sur la rive nord du Saint-Laurent représentent des défis techniques particuliers qui doivent être surmontés dès les premières étapes du projet.

« Il y a des secteurs comme la côte d’Abraham et la sortie des ponts, près de l’aquarium, qui sont plus critiques en termes de définition et de précision des coûts du projet. Alors, on commence à faire les plans et devis parce que ça nous amène dans des évaluations précises en termes de coût final de construction », a précisé le président du RTC lors d’un point de presse.

Rémy Normand a ajouté que cela ne signifiait pas nécessairement que la construction du SRB débuterait sur la rive nord. « En construction, est-ce que ça va être phase 1 qui est là présentement ou l’autre? Ça, on ne peut pas se prononcer à l’étape où on est », a-t-il dit.

Le projet de SRB proposé dans l'étude de faisabilité déposée en 2015 prévoit un tracé de 43 kilomètres répartis sur deux lignes. Une ligne est-ouest de 36,1 km relierait les villes de Québec, dans le secteur de l'avenue d'Estimauville, et Lévis, en traversant le fleuve Saint-Laurent par le pont de Québec. Une ligne nord-sud de 6,9 km, par ailleurs, doit desservir le centre-ville de Québec et le secteur de l'amphithéâtre.

Confusion

Les sommes annoncées mardi dans le budget du gouvernement du Québec ont semé la confusion chez les élus provinciaux et municipaux. Les nuances apportées par le président du RTC mercredi n’avaient visiblement pas été comprises par tous les intervenants impliqués dans le dossier.

Le maire de Québec, Régis Labeaume, a laissé entendre que les 56 millions de dollars avaient été alloués à la rive nord en raison des hésitations exprimées par le maire de Lévis, Gilles Lehouillier. Ce dernier prévient que sa municipalité pourrait se retirer du projet dans l’éventualité où il n’était pas financé à 100 % par les gouvernements fédéral et provincial.

« La première phase, comprenez-nous bien, elle est sur la rive nord c'est certain, avait déclaré Régis Labeaume. [Le maire de] Lévis a dit qu'il n'embarquait pas, alors nous, on va le mettre sur la rive nord. »

Gilles Lehouillier s’était pour sa part montré surpris d’apprendre que les premiers plans et devis concernaient des tronçons situés sur la rive nord.

« Les études se poursuivent sur les coûts et à ce que je sache, le ministre des Transports a dit qu'on était dans la game », avait réagi le maire de Lévis.

Selon le président du RTC, cette confusion n’est pas attribuable à un manque de communication entre les partenaires impliqués dans le projet du SRB, mais plutôt à « un problème de compréhension ».

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Politique