•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Stocks de morue du Nord : pas de lien avec la population de phoques du Groenland, selon un scientifique

Un jeune phoque

Un jeune phoque

Photo : Reuters / Paul Darrow

CBC

Un scientifique de Pêches et Océans Canada, John Brattey, affirme qu'il n'y a pas de preuves suffisantes permettant de conclure que les phoques du Groenland engloutissent les stocks de morue du Nord.

Selon lui, la responsabilité des phoques du Groenland dans l'effondrement des stocks de morue du Nord est une croyance répandue, mais non étayée par la science.

Des moruesAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La morue de l'Atlantique fait partie des espèces concernées par les nouvelles règles.

Photo : CBC

L’employé de Pêches et Océans admet qu’il n’est pas facile d’obtenir des données fiables sur le régime alimentaire des phoques du Groenland. Il affirme toutefois que les études qui ont été menées à ce sujet ne défendent pas la thèse selon laquelle ils sont de grands consommateurs de morues du Nord.

Le scientifique attire l'attention sur les taux de régénération du poisson dans la dernière décennie. « Il y a eu une augmentation importante. En fait, le taux de croissance a été assez élevé », cite John Brattey.

Par conséquent, bien que la population de phoques du Groenland reste élevée, elle n’a pas empêché la reprise des stocks de morue du Nord, selon lui.

John Brattey précise que certaines recherches ont montré que la diminution des stocks de capelans, dont se nourrissent les morues, et la surpêche ont joué de plus grands rôles dans la diminution des stocks de morue du Nord.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Industrie des pêches