•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Surpêche : les scientifiques ont du mal à se faire entendre

Un bateau de pêche
Un bateau de pêche Photo: Radio-Canada / CBC

Plusieurs raisons peuvent expliquer pourquoi il est difficile de traduire en politiques concrètes les mises en garde des scientifiques au sujet de la surpêche, estime dans une entrevue Daniel Pauly, biologiste à l'Université de la Colombie-Britannique et Scientifique de l'année de Radio-Canada.

« Ce n’est pas intuitif, on n’arrive pas à s’imaginer que les océans peuvent être épuisés. Deuxièmement, il y a des intérêts économiques très puissants qui font du lobbying pour que les choses continuent, et troisièmement, on n’a pas l’habitude d’écouter les scientifiques », a-t-il expliqué à l’émission Phare Ouest mardi avant une présentation en soirée d’une conférence sur ce sujet au Centre des sciences de Vancouver.

« Quand les choses deviennent non intuitives, comme quand on pêche trop et qu’on finit par attraper moins de poisson, les gens se rebutent », soutient-il aussi.

La culture de l’entreprise, c’est que, lorsqu’on investit plus, plus il y a des produits qui sortent. En fait, quand on investit dans la pêche, il y a moins de produits qui sortent. Et ça, c’est difficile à absorber.

Daniel Pauly, biologiste UBC

Le scientifique, optimiste, pense qu’il n’est jamais trop tard pour changer une situation. « Je pense que le Canada changera et que la législation en ce qui concerne les pêcheries va s’améliorer, je n’ai presque aucun doute. Et on va aussi créer des aires marines protégées où les stocks pourront se remettre un peu », fait-il valoir.

Colombie-Britannique et Yukon

Industrie des pêches