•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Donald Trump annule plusieurs mesures de protection de l'environnement

Le président des États-Unis, Donald Trump, avec le vice-président, Mike Pence, le secrétaire de l'Agence américaine de l'environnement (EPA), Scoot Pruitt, et le secrétaire de l’Intérieur, Ryan Zinke, lors de la signature d’un décret « visant à mettre un terme à la guerre du charbon », le 28 mars 2017.

Le président des États-Unis, Donald Trump, avec le vice-président, Mike Pence, le secrétaire de l'Agence américaine de l'environnement (EPA), Scoot Pruitt, et le secrétaire de l’Intérieur, Ryan Zinke, lors de la signature d’un décret « visant à mettre un terme à la guerre du charbon », le 28 mars 2017.

Photo : Associated Press / AP Photo/Pablo Martinez Monsivais

Radio-Canada

« Mon administration met un terme à la guerre contre le charbon », a déclaré mardi le président des États-Unis, Donald Trump, lors de la signature d'un décret qui démantèle plusieurs mesures de lutte contre les changements climatiques mises en place par l'ancien président Barack Obama.

Par ce décret, Donald Trump ordonne aux législateurs fédéraux de réécrire les règles qui limitaient les émissions de gaz à effet des centrales électriques alimentées au charbon.

Ces règles constituaient la pièce de résistance du plan « Clean Power » de Barack Obama. Ce plan devait permettre aux États-Unis de respecter les engagements auxquels ils avaient souscrit dans l'accord de Paris de décembre 2015. La Cour suprême avait suspendu son application le temps que les tribunaux statuent sur sa légalité à la demande de 27 États.

Toutefois, bien que le décret éradique une partie du legs environnemental d'Obama, il demeure muet quant au retrait possible de Washington de l'Accord de Paris. Cette question, d'ailleurs, divise l'administration américaine.

En campagne électorale, Donald Trump n'a eu de cesse de dire qu'il allait éliminer le plan sur les énergies propres de son prédécesseur. Une promesse qu'il concrétise avec le décret promulgué mardi : « [...] je prends des mesures historiques pour lever les restrictions sur l'énergie américaine, pour en finir avec l'intrusion du gouvernement et abroger les réglementations destructrices d'emplois », a-t-il annoncé.

« Vous retournez au travail », dit Donald Trump aux mineurs

Le décret de Donald Trump permet de nouveau l'octroi de nouvelles concessions de mines de charbon sur des terres fédérales, assouplit les règles sur l'émission de méthane dans les exploitations gazières et pétrolières et réduit la place accordée à la lutte contre le réchauffement climatique dans les agences du gouvernement.

Le président a annoncé ces nouvelles mesures lors d'une brève conférence de presse au siège de l’Agence de la protection de l’environnement (EPA). Il était entouré de plus d'une douzaine de travailleurs des mines de charbon, à qui il a lancé les paroles suivantes : « Vous savez ce que cela signifie n'est-ce pas? Vous retournez au travail ».

Je ne peux pas vous dire combien d'emplois seront créés par le décret, mais je peux vous dire que ça donne confiance dans l'engagement de cette administration pour l'industrie du charbon.

J. Tyler White, président de l'association du charbon du Kentucky

Climatosceptiques contre environnementalistes

Donald Trump était aussi accompagné de son vice-président Mike Pence et du secrétaire de l'EPA, Scott Pruitt. Ce dernier avait dit douter, au début du mois, que le dioxyde de carbone soit le premier responsable du réchauffement climatique - une conclusion qui fait pourtant consensus parmi les scientifiques, dont ceux de l'EPA.

Le nombre d'emplois liés à l'industrie du charbon n'a cessé de décliner ces dernières décennies et s'élève actuellement à quelque 75 000. L'effet qu'aura le nouveau décret sur ce secteur de l'emploi n'est pas clair, d'autant plus que des groupes de défense de l'environnement entendent contester devant les tribunaux le programme du président Trump axé sur les énergies fossiles.

D'autres estiment que les orientations du gouvernement Trump vont à l'encontre du mouvement économique qui a vu les emplois dans l'éolien aux États-Unis s'accroître de 32 %, et ceux dans l'énergie solaire de 25 %. C'est notamment l'avis de Christiana Figueres, ancienne secrétaire exécutive de la Convention-cadre sur le changement climatique, qui a participé à l'élaboration de la conférence de Paris sur le climat. Mme Figueres juge que le décret Trump sur l'énergie est une erreur.

Climat : la fin de l'ère Obama

Villes et États n'ont pas dit leur dernier mot

Par ailleurs, il n'appartient pas qu'à Washington de définir la marche à suivre : les administrations des États, de même que celles des villes, ont aussi leur mot à dire. Ainsi, quelques minutes après la signature du décret par le président Trump, trois gouverneurs de la côte ouest et un groupe de maires ont annoncé qu'ils iraient de l'avant avec leurs propres mesures de réduction des gaz à effet de serre.

C'est le cas du gouverneur de l'État de Washington, le démocrate Jay Inslee, qui a affirmé en substance : la décision du président Trump fait perdre aux États-Unis leur rôle de leader dans le monde, et elle accroît le risque que les changements climatiques continuent à endommager nos États.

« Nous ne pouvons courir le risque de ralentir nos efforts et nous ne le ferons pas », a conclu Jay Inslee.

Donald Trump, président des États-Unis 
Avec les informations de Reuters, Associated Press, et The Washington Post

International